RMC Sport

Aston Villa: prison et longue interdiction de stade pour l'agresseur de Grealish

Jack Grealish (Aston Villa)

Jack Grealish (Aston Villa) - AFP

L'agresseur de Jack Grealish a été condamné à quatorze semaines de prison, après avoir frappé au visage le capitaine d'Aston Villa, en plein derby de Birmingham. Il a aussi écopé d'une interdiction d'enceinte sportive pour les dix prochaines années en Angleterre.

Le supporter de Birmingham City, qui a agressé en plein match le capitaine du club rival d'Aston Villa Jack Grealish, a été condamné ce lundi à quatorze semaines de prison par un tribunal de Birmingham, sur fond de vive condamnation au Royaume-Uni après plusieurs incidents en Angleterre et en Ecosse. 

>> Un spectateur entre sur la pelouse pour frapper le capitaine d'Aston Villa

"Il ne peut pas expliquer ce qui lui est arrivé"

Présenté devant la justice ce lundi après une nuit en garde à vue, Paul Mitchell (27 ans) avait plaidé coupable, sans toutefois justifier son acte. "Il ne peut pas expliquer ce qui lui est arrivé", avait indiqué son avocat ce lundi. "Son intention idiote initiale était d'aller sur le terrain et de remonter la foule." Il a en outre été condamné à 10 ans d'interdiction de stade en Grande-Bretagne. 

Dimanche au St Andrew's Stadium, le jeune homme est entré sur la pelouse et a asséné un coup de poing par derrière à Grealish en plein derby entre les deux grands rivaux de la deuxième division anglaise, provoquant la consternation. Après seulement dix minutes de jeu, le capitaine d'Aston Villa s'était écroulé sous le coup, vite aidé par ses coéquipiers Glenn Whelan et Tammy Abraham. Le milieu, furieux, avait tout de même pu reprendre le match, marquant d'ailleurs le but victorieux de l'équipe visiteuse à la 70e minute (1-0).

Vague de soutien en Angleterre pour Grealish

Ce lundi, un communiqué du joueur a été lu lors de l'audience de Mitchell: "Je ne peux m'empêcher de me sentir chanceux. Cela aurait pu être bien pire si le supporter avait eu une arme." 

L'incident a provoqué de vives réactions en Grande-Bretagne. D'autant plus que lors de la rencontre entre Arsenal et Manchester United à l'Emirates Stadium un peu plus tard dans l'après-midi, un supporter londonien est lui aussi entré sur le terrain passant tout près de Chris Smalling, sans toutefois l'agresser.

PL avec AFP