RMC Sport

Ballon d’Or, polémique à l’espagnole

-

- - -

La victoire de Messi fait débat en Espagne. L’absence de récompense pour les champions du monde Xavi et Iniesta a été vécu comme une injustice dans la péninsule.

Pour la première fois depuis 1995 et l’ouverture du Ballon d’Or aux joueurs non européens, jamais le prestigieux trophée n’avait échappé à un champion du monde les années de Coupe du monde. La tradition s’est donc terminée en 2010 par la victoire de Lionel Messi. L’Argentin conserve son titre conquis de haute lutte l’an dernier mais frustre ses deux équipiers du Barça Xavi et Iniesta d’un triomphe programmé par tous les pronostiqueurs : « Messi est un grand joueur mais il ne méritait pas le Ballon d’Or, souffle Eric Di Meco. L’Argentine n’a pas été performante en Afrique du Sud et Messi a traversé cette compétition comme un fantôme. Xavi et Iniesta ont réalisé ce qui est le plus dur dans le football : gagner la Coupe du monde après avoir gagné l’Euro. Ils ont aussi gagné le championnat d’Espagne. C’est injuste et pour moi c’est la victoire de l’image et de la médiatisation. »
L’Espagne du football est du même avis. Et la presse ibérique a laissé éclater sa colère au lendemain de la publication des votes. « L'Espagne est furieuse », a carrément lâché le quotidien AS. Pour Marca, « la Fifa dédaigne les champions du monde et laisse sans prix Xavi et Iniesta. » « Or pour Messi, charbon pour l'Espagne », déplore El Mundo.

Larqué : « Messi, c’est un génie »

Au-delà des passions, Jean-Michel Larqué préfère centrer son analyse sur la qualité du joueur. « Messi, c’est un génie. Et à la manière d’un Picasso, il est capable de surprendre en permanence. On ne sait pas ce qu’il va faire. Zizou faisait ça aussi. »
Bref, chacun a ses arguments. La polémique aurait pu être encore plus importante si le mode de scrutin n’avait pas changé cette année. Avec le seul vote des journalistes, comme ce fut le cas jusqu’en 2009, le vainqueur aurait en effet été… le Néerlandais Wesley Sneijder.