RMC Sport

Ballon d’Or : Ribéry n’a pas à rougir

Franck Ribéry et Zinedine Zidane

Franck Ribéry et Zinedine Zidane - -

Devancé par Cristiano Ronaldo et Lionel Messi dans la course au Ballon d’Or 2013, Franck Ribéry ne sera pas le cinquième Français lauréat de la plus grande récompense individuelle du foot. Mais ses douze derniers mois restent grandioses.

Il a souvent rêvé de « dormir avec lui ». De le faire trôner en bonne place chez lui, à Munich. Les songes ne feront malheureusement pas place à la réalité. Franck Ribéry n’est pas le Ballon d’Or FIFA 2013. Après des semaines de supputations, de pronostics et un report du vote qui a fait jaser, le Français a vu le collège de votants – le sélectionneur, le capitaine de l’équipe nationale et un journaliste par pays – préférer récompenser un Cristiano Ronaldo devenu favori ces dernières semaines.

Troisième de l’élection derrière Ronaldo et Messi (voir par ailleurs), Ribéry aura payé un format d’élection qui, depuis la refonte et le mariage avec la FIFA en 2010, laisse beaucoup plus la place aux prestations individuelles qu’aux succès collectifs. Sneijder et les Espagnols en avaient fait les frais en 2010. Au tour du feu follet offensif du Bayern Munich. Déçu, forcément, Ribéry peut tout de même être fier. Atteindre le podium du Ballon d’Or n’est pas donné, loin de là, à tous les footballeurs. S’il n’a pas pu réaliser son rêve, il l’aura au moins touché du bout des doigts. Et c’était mérité. Amplement. Car le Bayern de Ribéry a marqué les esprits en 2013. Ligue des champions, titre de champion en Bundesliga, Coupe d’Allemagne, Supercoupe d’Europe et Mondial des clubs : l’équipe bavaroise, dans les mains de Pep Guardiola depuis cet été, n’a laissé aucune miette à la concurrence.

Une revanche au Brésil ?

Ribéry en a été l’un des piliers sportifs. Virevoltant, dribbleur, efficace, celui qui a été élu meilleur joueur UEFA de la saison 2012-2013 a régalé l’Allemagne et l’Europe de son talent. S’il l'avait remporté, son Ballon d’Or aurait ainsi représenté le mix parfait des qualités individuelles et de la réussite collective. Un hymne à la patience, aussi. A 30 ans, le Ch’ti affiche un parcours bien plus alambiqué que ceux de Ronaldo ou Messi. Des passages par Boulogne-sur-Mer, Alès et Brest, en National, avant d’exploser à la face de la Ligue 1 à Metz. Un petit tour à Galatasaray, ensuite, puis une arrivée fracassante à Marseille où il va enflammer le Vélodrome deux saisons. Sa fraîcheur de l’époque lui offrira une place dans le groupe France pour le Mondial 2006, où il sera titulaire de tous les matches décisifs jusqu’à la finale.

Le blagueur permanent rejoint Munich à l’été 2007 et deviendra roi d’Allemagne au Bayern. Beaucoup de lumière. Mais quelques parts d’ombre. Ribéry, c’est aussi une obscure histoire d’agents à l’époque Metz-Galatasaray-Marseille. C’est l’affaire Zahia. C’est le souvenir de Knysna et tout ce qui va avec. Sans oublier une attitude et un franc-parler qui ne lui ont pas réservé que des amitiés. Et une maîtrise du français qui pousse parfois à la moquerie. Ce lundi soir, plus personne ne le raille. Au sommet de la planète football trône Franck Ribéry.

A lire aussi :

>> Ballon d’Or : Comment Ronaldo a doublé Ribéry

>> En images : Cristiano Ronaldo en dix dates

>> En images : les oubliés du Ballon d’Or

Le titre de l'encadré ici

|||

Ribéry troisième !

Avec 23,36% des voix, Franck Ribéry n’a pris que la troisième place du classement du Ballon d’Or FIFA 2013. Pourtant vainqueur de la Ligue des champions, la Bundesliga, la Coupe d'Allemagne, la Supercoupe d'Europe et le Mondial des clubs avec le Bayern Munich, le milieu offensif n’aura pas réussi à devancer le quadruple tenant du titre Lionel Messi (24,72%) et le lauréat, Cristiano Ronaldo (27,99%). A noter que l’attaquant suédois du PSG, Zlatan Ibrahimovic, a terminé au pied du podium, avec 5,29% des suffrages.

dossier :

Franck Ribéry

A.H.