RMC Sport

Bastia: plusieurs anciens dirigeants en garde à vue

Selon l’AFP, citant plusieurs sources concordantes, plusieurs ex-administrateurs ou anciens dirigeants du SC Bastia ont été placés en garde à vue ces derniers jours à la police judiciaire d'Ajaccio dans le cadre d'une enquête sur des délits financiers autour du club de football.

Problèmes judiciaires en vue pour d'anciens dirigeants de Bastia. Selon l'AFP, citant plusieurs sources concordantes, plusieurs ex-administrateurs ou anciens dirigeants du SC Bastia ont été placés en garde à vue ces derniers jours par la police judiciaire d'Ajaccio, dans le cadre d'une enquête sur des délits financiers autour du club de football. Ces gardes à vue pourraient donner lieu à une deuxième vague de mises en examen qui toucherait "le cercle des dirigeants", notamment pour participation à une association de malfaiteurs, a indiqué ce mercredi à l'AFP une source proche du dossier.

Près de quatre ans après la relégation du Sporting Club de Bastia en National 3, l'enquête sur la gestion du club corse prend un nouveau tournant. Depuis la chute du club en 2017, toujours aucune réponse. Après la liquidation de la SASP Sporting Club Bastia, une enquête préliminaire avait été ouverte par le parquet de Bastia pour "abus de biens sociaux, banqueroute, escroquerie, présentation de comptes annuels inexacts, travail dissimulé, non-révélation de faits délictueux par le commissaire aux comptes".

Depuis lundi, plusieurs anciens dirigeants ont été placés en garde à vue au sein des locaux de la Direction Territoriale de la Police Judiciaire (DTPJ) à Ajaccio. Selon nos informations, Pierre-Marie Geronimi, ancien président du club jusqu'à la liquidation du SCB en 2017, est auditionné par les enquêteurs depuis mardi matin. Les policiers essayent de faire la lumière sur la gestion de la SASP Sporting Club Bastia

Pour le moment dans cette affaire, deux personnes ont été mises en examen en 2019, Joseph Lorenzoni, l'ancien comptable du club, et Antoine Vincenti, le commissaire aux comptes, pour "faux, complicité de banqueroute, complicité de présentation de comptes annuels inexacts et participation à une association de malfaiteurs en vue de préparation d'un ou plusieurs délits", et "non-révélation de faits délictueux par le commissaire aux comptes". Les deux hommes avaient été placés sous contrôle judiciaire.

Depuis la liquidation du Sporting en 2017, le club est sous le contrôle d'une nouvelle équipe dirigeante avec, à sa tête, un nouveau président: Claude Ferrandi. Le Sporting Club de Bastia est actuellement deuxième du championnat de National et se rapproche de son objectif d'atteindre la Ligue 2 la saison prochaine.

Une dette de 21 millions d'euros il y a trois ans

Plusieurs perquisitions entre avril et juin 2018 avaient déjà permis de saisir de "nombreux documents bancaires et comptables" et d'établir "que les règles et principes de comptabilité n'avaient pas été respectées", avait indiqué en février 2019 le parquet de Bastia. La SASP Sporting Club Bastia, ancien gestionnaire du club relégué administrativement en National 3 (5e division), avait été placé en liquidation judiciaire le 5 septembre 2017.

Le club corse affichait une dette de 21 millions d'euros à l'issue de la saison 2016-2017, où il avait évolué en Ligue 1. Une série d'entreprises dont le club était client sont dans l'attente de recouvrer leurs créances. Le dossier de liquidation judiciaire de la SASP a été dépaysé vers le tribunal de commerce de Lyon en avril 2020 du fait du lien de parenté entre Gilles Filippi, président du tribunal de commerce de Bastia et Jean-Noël Filippi, un des dirigeants du club de football à l'époque de sa mise en liquidation, qui est son frère. Relégué sportivement et financièrement en cinquième division, le club, qui a été repris en août 2017 par deux entrepreneurs bastiais, Claude Ferrandi et Pierre-Noël Luiggi, a depuis remonté la pente et est aujourd'hui deuxième de national 1 (3e division). Contacté par l'AFP, le parquet de Bastia n'a fait aucun commentaire

AFP avec N.Pelletier