RMC Sport

Aubameyang: "Je suis très content de fermer un peu les bouches"

-

- - AFP

Invité de Luis Attaque ce lundi sur RMC, Pierre-Emerick Aubameyang est revenu sur son exceptionnel début de saison avec Dortmund. Celui qu’on disait maladroit devant le but en est déjà à 13 réalisations en championnat cette saison. Une jolie revanche pour l’ancien Stéphanois.

Pierre-Emerick Aubameyang, êtes-vous fier d’être l’actuel co-meilleur buteur de la Bundesliga ?

C’est quelque chose d’exceptionnel. Je suis très content de ce qui m’arrive. Mais on ne se prend pas la tête et on continue de travailler.

Vous semblez avoir une plus grande liberté sur le front de l’attaque cette saison…

Oui, je retrouve mon poste de prédilection et le coach (Thomas Tuchel, ndlr) me laisse vraiment beaucoup de liberté, tout en sachant qu’il faut aussi travailler défensivement. Mais je me sens vraiment libre donc ça me permet d’en profiter à fond sur le terrain.

On vous a même vu marquer un pointu…

Oui, c’est vrai que c’est un peu n’importe comment… Mais en même temps, ça rentre ! (rires) Je ne suis pas tout seul, ce n’est pas uniquement dû à mon travail, mais aussi à celui de toute l’équipe. Je ne peux pas me plaindre, il y a tout le temps des ballons qui arrivent donc je suis très bien servi.

Avez-vous eu peur après le départ de Jürgen Klopp en fin de saison dernière ?

C’est sûr que ça a fait bizarre de voir Klopp partir, mais ça continue. On a de très bons joueurs et un nouveau coach avec une autre philosophie. Il a amené son truc et ça se passe vraiment bien.

Qu’est-ce qui fait que cette année, ça marche mieux que les saisons précédentes pour vous ?

C’est la continuité de mon évolution. La première saison, j’ai marqué 13 buts, la saison passée 16 et là, j’en suis presque à autant de buts. Maintenant, je connais bien le championnat et je me sens vraiment à l’aise. On me donne des responsabilités : à moi de les assumer et c’est ce qui est en train de se passer.

-
- © AFP

Sentiez-vous que, pour progresser, il vous fallait quitter Saint-Etienne et la Ligue 1 ?

Oui, je pense. Dortmund, c’était le meilleur club que je puisse trouver pour continuer mon évolution après Saint-Etienne, un peu dans le même registre mais en plus grand. C’était parfait pour moi. La preuve, c’est en train de marcher. Je suis très heureux d’avoir franchi cette étape dans ma carrière.

"Ne surtout pas s’enflammer"

Quelle serait la prochaine étape ? Un club du top 5 européen type Real ou Bayern ?

C’est un rêve de jouer un jour dans le top 5. Mais pour l’instant, je suis concentré sur ce que je dois faire ici. Ne surtout pas s’enflammer, continuer à travailler et je sais que ça viendra un jour. Mon but, c’est de continuer sur cette lancée, garder ce rythme. Après, on connait le football, ça peut aller très vite. Mais pour l’instant, je suis là, j’ai resigné jusqu’en 2020.

Le Bayern est-il actuellement la meilleure équipe européenne ?

Je pense que oui. En ce moment, ce sont eux les plus costauds. Ils n’ont pas perdu un match en championnat, en ont gagné dix d’affilée. Ils sont vraiment en pleine forme. Nous, ils nous ont tapés mais je pense qu’on a raté ce match. Mais ça reste la meilleure équipe en ce moment. Le championnat allemand est l’un des meilleur championnats au monde pour moi avec l’Angleterre, l’Espagne, la France aussi. Mais en Allemagne, c’est super de jouer tous les week-ends dans des stades pleins… On prend du plaisir à jouer au football.

Les Munichois semblent intouchables…

L’important sera de tenir la cadence et s’ils font une erreur… On va essayer d’aller les chercher ! Et il y a l’objectif de la Ligue Europa avec l’objectif d’aller au bout. Gagner ce titre, ce serait top.

Comment vous situez-vous par rapport aux Suarez, Ibrahimovic, comme leur égal ?

Pas encore. Ça fait plusieurs années que ces joueurs marquent beaucoup de buts. Moi, j’ai encore des choses à prouver. On arrive tout doucement, on les guette. Mais dire que je suis à leur niveau, non, pas encore. Je dois garder la même constance et continuer à marquer plein de buts.

Au début de votre carrière, on vous disait rapide mais maladroit devant le but…

C’était plutôt une question de confiance. Quand on est en confiance, on réussit des choses. Maintenant, j’ai réussi à associer les deux et je suis très content de fermer un peu les bouches (sourire).

Gardez-vous des liens avec Saint-Etienne ?

Bien sûr ! D’ailleurs, je parlais avec Kévin Malcuit il y a deux jours avant le match contre Reims. Je continue à suivre le championnat français.