RMC Sport

Un club de 3e division allemande vire son capitaine, accusé d'être un sympathisant néo-nazi

Daniel Frahn.

Daniel Frahn. - AFP

Ancien joueur de Leipzig, l'attaquant allemand Daniel Frahn a été licencié de son club de Chemnitzer, qui évolue en 3e division. La raison: de multiples signes de sympathie à l'encontre de groupes néo-nazis.

Le club allemand de Chemnitzer (3e division) a officialisé la nouvelle ce lundi: Daniel Frahn, son capitaine, ne fait plus partie de l'effectif professionnel. Celui-ci est accusé d'avoir ouvertement montré sa sympathie envers des groupes néo-nazis parmi les supporters du club.

Des liens étroits avec les groupes hooligans d'extrême-droite

L'attaquant passé par Leipzig (2010-2015) avait manqué la rencontre de samedi dernier contre Hallescher en raison d'une blessure. Il avait décidé de regarder le match de ses coéquipiers depuis le kop plutôt que sur le banc, en s'asseyant juste à côté de figures d'extrême-droite, influentes sur la scène hooligan. En mars dernier, le joueur de 32 ans avait déjà été condamné à une amende par son club après avoir rendu hommage à un militant d'extrême-droite et hooligan reconnu en brandissant un tee-shirt noir portant le slogan : "soutenez vos idoles locales". À l'époque, le joueur s'était excusé en disant qu'il avait agi "en solidarité avec les proches" de Thomas Haller, cofondateur du groupe d'extrême droite HooNaRa ("Hooligans, nazis, racistes"), sachant que les T-shirts avait été vendu pour aider à payer ses soins médicaux. "Je ne savais pas que ce t-shirt était si répandu sur la scène nazie", avait-il déclaré.

"Il ne pouvait pas et ne voulait pas assumer la responsabilité de joueur et capitaine d'un club de football, qui demande plus que de marquer des buts ou d'être applaudi par la foule: ça demande un bon comportement", a réagi Romy Polster, le vice-président du conseil d'administration de Chemnitzer. Comme le souligne le Guardian, le club, criblé de dettes et proche de la faillite, a un problème profond avec les mouvements d'extrême-droite, qui pour beaucoup prennent racine dans la Saxe.

CP