RMC Sport

Chèques frauduleux: l'ex-président de Bastia, Pierre-Marie Geronimi, relaxé

Pierre-Marie Geronimi

Pierre-Marie Geronimi - AFP

L'ancien président du SC Bastia Pierre-Marie Geronimi a été relaxé mardi par le tribunal correctionnel de Bastia dans une affaire de chèques présumés frauduleux pour un montant estimé à deux millions d'euros. Le ministère public avait requis huit mois d'emprisonnement avec sursis.

Ancien président du SC Bastia, Pierre-Marie Geronimi a été relaxé mardi par le tribunal correctionnel de Bastia dans une affaire de chèques présumés frauduleux d'un montant de 2 millions d'euros. Il était poursuivi pour avoir émis 38 chèques pour un montant total de 2.004.845 euros avec un chéquier du club entre le 21 mai 2015 et le 15 juillet 2016, sur un compte frappé d'interdiction bancaire.

En février, le ministère public avait requis contre lui huit mois d'emprisonnement avec sursis, une amende de 30.000 euros, l'interdiction d'exercer une activité professionnelle en lien avec l'infraction pendant cinq ans et l'interdiction pendant cinq ans d'émettre des chèques autres que pour des retraits ou des chèques certifiés.

Condamné dans une autre affaire

L'accusation n'avait pas relevé d'enrichissement personnel de l'ancien dirigeant sportif qui avait affirmé, lors de son procès, que tout était "régularisé" et qu'il n'avait jamais voulu nuire à personne. En septembre 2017, il a été condamné dans une autre affaire à deux ans de prison avec sursis et 30.000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Bastia pour avoir utilisé les fonds d'une société pour régler des dettes de jeux, une affaire sans lien avec sa gestion du club.

Pierre-Marie Geronimi devait également rembourser 225.000 euros à la société de location de voiture Dulac qu'il gérait et il a été interdit de gestion d'une entreprise à vie. Le club, pour sa part, a été placé officiellement mi-juillet 2017 en cessation de paiement. Il a été rétrogradé en National 3 (5e division), avec l'industriel Claude Ferrandi comme nouveau président.

VIDEO - Cahuzac : "Si Bastia était resté en Ligue 2, je serais resté"

RR avec AFP