RMC Sport

Copa America: après les sifflets, Dani Alves peste contre le public brésilien

Dani Alves n’a pas aimé les sifflets du public brésilien lors de la victoire contre la Bolivie, en ouverture de la Copa America, samedi (3-0). Le défenseur parisien n’avait pas la sensation d’évoluer à domicile dans le stade Morumbi de Sao Paulo.

Daniel Alves n’a pas sa langue dans sa poche. Titulaire et capitaine lors de la victoire du Brésil contre la Bolivie (3-0), en ouverture de la Copa America, le Parisien a été, comme bon nombre de ses coéquipiers, pris à partie par des sifflets venus du public pauliste, très dur avec ses ouailles en ouverture du tournoi continental.

"On devine trop la rivalité entre les clubs"

Mécontents du niveau de jeu affiché par la sélection, les 46.342 supporters auriverde avaient visiblement toujours en tête les récents échecs de la Seleçao dans les grandes compétitions internationales et l’ont bien fait savoir, malgré les trois buts inscrits par Coutinho (doublé) et Everton. Une situation intolérable pour Dani Alves (107 sélections, 7 buts).

"Nous n’avions pas la sensation d’évoluer à domicile au stade Morumbi (Ndlr. Lors de la victoire contre la Bolivie à Sao Paulo). Je ne sais pas si cela vient du prix des entrées, s’interrogeait le Parisien. Quand nous jouons à l’Arena (à Salvador, où se jouera le prochain match du Brésil), il y a une autre énergie." 

"Ici, on devine trop la rivalité entre les clubs, les gens ne font pas la distinction avec la sélection, explique-t-il. Je ne suis pas hypocrite, nous n’avons pas le sentiment de jouer à chez nous, de représenter notre pays". Les Brésiliens défieront le Venezuela (dans la nuit de mardi à mercredi) lors du second match de leur groupe A.

PL