RMC Sport

Copa America: que peut espérer le Qatar?

Invité à participer à la Copa America avec le Japon, le Qatar débutera dimanche la compétition contre le Paraguay (21h). Le récent champion d’Asie, qui s’est extirpé ces dernières années des tréfonds du classement Fifa, a l’ambition d’être bien plus qu’un faire-valoir.

Engranger toujours plus d’expérience d’ici 2022

Sa présence, comme celle du Japon, a de quoi surprendre. Mais le Qatar, invité pour la première fois à participer à la Copa America, n’a pas posé ses valises au Brésil pour faire du tourisme. La sélection du Moyen-Orient a une mission bien claire en tête: profiter de cette compétition pour engranger un peu plus d’expérience avant 2022 et son Mondial à domicile. Depuis décembre 2010 et la victoire très critiquée de la candidature qatarie, l’équipe a peu à peu progressé, passant alors de la 113e place au classement Fifa à la 55e aujourd’hui, devant l’Egypte de Salah, la Côte d’Ivoire, l’Algérie, ou l’Equateur.

A la différence de la sélection nationale de handball, médaillée d’argent des championnats du monde 2015 avec énormément de joueurs naturalisés, le Qatar version football n’en compte que très peu (cinq exactement, dont le Français de naissance Karim Boudiaf), et surtout, ses 23 joueurs évoluent tous dans le championnat local.

Certains sont passés par la fameuse Aspire Academy, qui se veut un modèle en matière de formation des nouveaux talents, et beaucoup ont moins de 25 ans. Autant dire que c’est la même ossature qu’aujourd’hui que l’on devrait voir au prochain Mondial. A noter que le Qatar pourra encore s’exercer l’an prochain, puisque la Comnebol lui a offert il y a quelques jours une nouvelle invitation pour la Copa America 2020. Sans doute convaincu par sa "diplomatie sportive".

Un statut de champion d’Asie à défendre

Mais ce qui a principalement changé avec la sélection de Félix Sanchez (un ancien du Barça), c’est son statut. En février dernier, le Qatar a remporté sur le sol émirati la première Coupe d’Asie de son histoire, gagnant ainsi le respect de ses adversaires pour devenir davantage qu’une sélection "exotique".

Surtout, l’équipe a triomphé avec la manière: sept victoires en sept matchs, 19 buts marqués, et un seul encaissé, lors de la finale contre le Japon (3-1). La plupart des joueurs présents aux Emirats sont du voyage au Brésil, et notamment la paire d’attaquants Akram Afif - Almoez Ali, très en vue lors de la Coupe d’Asie. Le premier avait fini meilleur passeur, le second meilleur buteur. Sans doute gonflés par leur succès, ces derniers voudront à coup sûr briller contre des adversaires plus prestigieux.

Objectif quarts?

S’il a bénéficié d’une invitation, le Qatar n’a en revanche pas eu droit à un tirage au sort favorable, puisqu’il s’est retrouvé dans le groupe B de l’Argentine et de la Colombie, sans doute les mieux armés pour le titre derrière le Brésil. Mais les hommes de Félix Sanchez affronteront aussi (et dès dimanche, à 21h) le Paraguay, une équipe au fond du trou qui s’est dernièrement illustrée par une interminable série de matches amicaux sans victoire, et qui semble à la portée du Qatar.

S’il gagne contre les Guarani et ne prend pas des fessées contre l’Argentine et la Colombie, le Qatar peut donc espérer finir (au moins) parmi les deux meilleurs troisièmes et se hisser en quarts. Viser plus haut paraît compliqué: le Mexique, seul pays invité à avoir atteint la finale de la Copa America (1993 et 2001), s’y est incliné à deux reprises.

Clément Chaillou