RMC Sport

Coronavirus: la galère d’un joueur français a pris fin en Bolivie

Abandonné par le club de San José pour lequel il espérait jouer cette année en Bolivie, Julien Benhaim Casanova, ancien milieu en National formé à Bastia, a été rapatrié en France ce week-end. .

Son rêve était de disputer la Copa Libertadores. Hélas, il n’en aura peut-être plus jamais l’occasion. Julien Benhaim Casanova, ancien joueur de National et formé à Bastia, est de retour en France ce week-end. Il a accompagné un groupe de 341 Européens, dont 139 Français, rapatriés sur le continent en raison de la pandémie de coronavirus, la Bolivie ayant fermé son espace aérien. Le milieu de terrain de 23 ans avait tenté sa chance en janvier pour rejoindre le Deportivo San José, le club de la ville d’Oruro, au sud de La Paz.

>> Le sport face au coronavirus: la situation en direct

Plus un sou en poche

Ce fut un échec, et son rêve s’est transformé en cauchemar. Contrairement à ce qu’elle lui avait promis, la direction du club ne l’a pas inscrit auprès de la Conmebol, ni auprès de la Fédération bolivienne pour qu’il puisse prendre part au championnat national. Il s’est donc contenté de partager les terrains d’entraînement avec ses coéquipiers. Pire, du jour au lendemain, ce Français s’est retrouvé sans ressources dans la cité bolivienne.

Le club ne lui a pas versé le moindre sou, pas même de quoi payer son logement à l’hôtel. Un calvaire. "Je n’ai pas de famille en Bolivie, je suis complètement seul. C’est un moment très difficile. Je suis à l’hôtel tous les jours. Le temps passe très lentement", confiait-il récemment à la Razon, un journal bolivien. Le Nantais réclame au club de San José, à qui il reproche de ne pas avoir pris en charges ses dépenses, des salaires impayés. 

QM