RMC Sport

Costa Rica: Navas accusé d’avoir menacé de perdre des matchs pour faire virer son sélectionneur

Eduardo Li, l’ancien président de la fédération costaricaine, a témoigné ce lundi devant un tribunal de San José contre Keylor Navas. Le dirigeant de 62 ans, banni à vie par la Fifa pour corruption, accuse le gardien du PSG d’avoir menacé de perdre trois matchs en 2014, afin d’obtenir le départ du sélectionneur Jorge Luis Pinto.

L’affaire date de 2014. Mais elle est actuellement étudiée par un tribunal de San José, la capitale du Costa Rica. Sept ans plus tard. En cause? Des accusations portées par Adrian Gutierrez, l’ancien directeur des équipes nationales, contre trois joueurs: l’attaquant Bryan Ruiz, le milieu de terrain Celso Borges et Keylor Navas. Le gardien du PSG (qui évoluait à l’époque à Levante, avant de signer au Real Madrid) et ses partenaires auraient menacé de perdre trois matchs de suite pour obtenir le départ de leur sélectionneur Jorge Luis Pinto. C’est ce qu’a affirmé Gutierrez à la radio nationale en 2018. Les accusés ont alors condamné des "déclarations fausses et inacceptables", avant de déposer plainte pour diffamation. D’où l’ouverture d’un procès en ce début d’année.

Appelé à témoigner ce lundi, Eduardo Li, l’ancien président de la fédération, a chargé Keylor Navas, en confirmant la version de Gutierrez. Et en y apportant une précision de taille. D’après le dirigeant de 61 ans, banni à vie par la Fifa en 2017 pour corruption, le contrat de Pinto comportait une clause stipulant qu’il pouvait être licencié à tout moment si son équipe perdait trois rencontres de suite. Sauf que cette clause était censée être confidentielle. Mais les cadres du vestiaire en auraient eu connaissance. Et ils s’en seraient servi comme menace pour obtenir la tête du coach colombien, qui venait pourtant de les conduire en quarts de finale de la Coupe du monde 2014 (défaite aux tirs aux buts face aux Pays-Bas).

"La relation était rompue"

"Lorsque la fédération n’a trouvé aucune raison de licencier Pinto, Keylor Navas a menacé de perdre les trois matchs pour activer la clause, a assuré Li, dans des propos rapportés par le média américain TUDN. Les joueurs ne voulaient pas continuer avec Pinto. La relation était rompue et j’ai été surpris de voir qu’ils connaissaient l’existence de cette clause". Face à la défiance de son groupe, Pinto quittera finalement son poste après le Mondial pour prendre en charge l'équipe du Honduras. Depuis cet été sulfureux, Keylor Navas (92 capes) a connu quatre autres sélectionneurs: les Costaricains Paulo Wanchope, Oscar Ramirez et Ronaldo Gonzalez (en poste depuis 2019), ainsi que l’Uruguayen Gustavo Matosas.

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Journaliste RMC Sport