RMC Sport

Adebayor: "Je pourrais être dans une chaise roulante ou mort"

Emmanuel Adebayor

Emmanuel Adebayor - AFP

Leader du Togo qui défie le Maroc vendredi à Oyem pour la 2e journée du groupe C à la CAN, Emmanuel Adebayor n’a pas de club cette saison. A bientôt 33 ans, l’ancien joueur de Tottenham ne désespère pas revivre une expérience en Premier League. Dans les colonnes du Guardian, il a réaffirmé son désir de rejouer au plus niveau. Et si possible en Angleterre. Sept ans après la fusillade du bus des Eperviers à la frontière de l'Angola, il savoure aussi le bonheur simple de jouer au foot.

Emmanuel Adebayor est un personnage à part. L’attaquant togolais est l’une des stars de la Coupe d’Afrique des Nations. Une étoile qui essaie toujours de briller mais qui est sans club depuis son passage à Crystal Palace la saison passée. En septembre, l’intéressé a décliné l’offre de l’OL car, selon lui, les Gones voulaient l’empêcher de participer à la CAN avec les Eperviers. Aujourd'hui, il savoure son retour à la compétition, lui qui a tenu échec la Côte d’Ivoire lundi (0-0). « Les gens peuvent voir que je suis toujours un footballeur, confie-t-il au Guardian. Je suis chanceux, j’ai de bons gênes. Ce n’est pas la première fois que je reviens après une longue période sans jouer. Ceux qui me connaissent ne sont pas surpris. »

A lire>> Toute l'actu de la CAN 2017

Je regarde les matches et je me dis : « Whaou, j’aurais pu mettre ce but »

A bientôt 33 ans, l’ancien joueur de Tottenham et d’Arsenal rêve pourtant de retrouver un club. Et l’Angleterre, où il a passé la majorité de sa carrière, l’attire toujours. Il a d’ailleurs gardé un pied à terre à Londres dans le quartier d’Hampstead. Et sa fille, Kendra, vit à Golders Green. Après l’école, elle discute avec son papa grâce à Skype. « J’aime l’Angleterre, la Premier League et je veux trouver un moyen d’y retourner, avoue Adebayor. Je regarde les matches et je me dis : « Whaou, j’aurais pu mettre ce but » ou « Oh, j’aurais raté celui-là » ou « Cette ambiance me manque ». C’est normal, c’est le championnat dans lequel j’ai évolué pendant neuf ou dix ans. Je veux retrouver le top niveau, c’est sûr. Si je n’y arrive pas, je veux juste jouer au foot et m’amuser. »

"90% des joueurs avec lesquels j’ai joué dirait que je suis mec incroyable"

Mais pourquoi les richissimes clubs britanniques ne l’ont pas recruté ? Adebayor croit avoir la réponse. « J’ai une mauvaise réputation en Angleterre mais je ne sais pas pourquoi. Peut-être que c’est quelque chose qui me poursuit. Mais ce que je peux dire c’est que 90% des joueurs avec lesquels j’ai joué dirait que je suis mec incroyable, un grand équipier. La presse peut dire ce qu’elle veut, dans ma carrière, j’ai eu la malchance de vivre beaucoup de choses négatives. »

"Je pourrais être dans une chaise roulante, mort ou oublié aujourd’hui"

Et notamment cette terrible fusillade sur le bus des Eperviers en 2010 en pleine CAN à la frontière de l’Angola. « Je pourrais être dans une chaise roulante, mort ou oublié aujourd’hui, relativise-t-il. Alors comment pourrais-je me plaindre de ne pas jouer au foot pendant six mois ? » Et puis en ce mois de janvier, Emmanuel Adebayor n’est pas malheureux. Vendredi, il peut ouvrir les portes des quarts de finale de la CAN à son pays, le Togo, même si le Maroc n'est pas tout à fait d'accord…

A lire aussi>> CAN 2017: le Cameroun prend les commandes du groupe A