RMC Sport

Coupe de France : Zlatan s’énerve et envoie le PSG en finale

Grâce à un triplé de Zlatan Ibrahimovic, le PSG a battu Saint-Etienne (4-1) et s’est qualifié pour la finale de la Coupe de France, où il affrontera Auxerre (L2) le 30 mai. Grâce à ce succès, les Parisiens restent en course sur tous les tableaux et peuvent encore rêver à un incroyable quadruplé (L1, Coupe de la Ligue, Coupe de France et Ligue des champions).

Les plus courageux adeptes de la course à pied s’élanceront ce dimanche pour le marathon de Paris. Les joueurs du club de la capitale, eux, ont déjà commencé le leur. Et pour le moment, les temps de passages sont parfaitement respectés. Après s’être imposé à Marseille dimanche lors de la 31e journée de Ligue 1 (3-2), le PSG a poursuivi positivement son mois d’avril au calendrier démentiel, avec un probant succès contre Saint-Etienne ce mercredi en demi-finale de la Coupe de France (4-1). De bon augure avant d’autres grandes échéances, à commencer par la finale de la Coupe de la Ligue samedi contre Bastia, puis la double confrontation face au Barça en quarts de finale de la Ligue des champions (15 et 21 avril).

Privés de David Luiz, Thiago Motta et Edinson Cavani (blessés) et de Lucas Moura (reprise) ce mercredi, les Parisiens ont rendu une très bonne copie. En tout cas largement suffisante pour dominer une équipe stéphanoise assez inoffensive et qui s’incline face au PSG pour la quatrième fois de la saison après les deux confrontations en L1 (5-0, 1-0) et celle en quarts de finale en Coupe de la Ligue (1-0). Largement mérité, ce succès parisien est frappé du sceau de Zlatan, dont le cas sera examiné ce jeudi par la Commission de discipline de la LFP et qui risque jusqu'à quatre matchs de suspension suite à ses propos polémiques après le match à Bordeaux.

Zlatan passe la barre des 100 buts

En transformant un penalty obtenu par Ezequiel Lavezzi (1-0, 21e), le Suédois a inscrit son 100e but sous le maillot rouge et bleu. Pas suffisant pour le rassasier, puisqu’ « Ibra », critiqué pour son manque d’investissement à Marseille, a encore marqué deux fois ensuite. D’abord après un grand pont sur Stéphane Ruffier (3-1, 81e), puis d’une puissante frappe du gauche (4-1, 92e). Un triplé qui lui permet de revenir à sept unités de Pedro Miguel Pauleta, meilleur réalisateur de l’histoire du club (109 buts). Et si l’égalisation de Romain Hamouma quelques instants après l’ouverture du score (1-1, 25e) avait fait croire à un sursaut des Verts, elle n’aura finalement pas empêché le PSG de dérouler son football, emmené par un Javier Pastore encore très inspiré et auteur d’un délice de passe pour Ezequiel Lavezzi, qui a déposé de la tête le ballon dans le petit filet de Stéphane Ruffier (2-1, 60e).

Des exploits individuels synonymes de place en finale face à Auxerre, le 30 mai au Stade de France, pour un remake de la finale de 2003 remportée par l’AJA (2-1). Depuis, les Auxerrois, qui ont dominé Guingamp mardi (1-0), sont descendus en Ligue 2 et le PSG a pris une autre dimension. Et rêve désormais d’un quadruplé historique (L1, Coupe de la Ligue, Coupe de France et Ligue des champions). Grâce à sa victoire face à l’ASSE, le club de la capitale s’est donné les moyens d’y croire.

Alexandre Alain Rédacteur