RMC Sport

OM-PSG : des départs de feu en tribunes et quelques heurts

Stade de France

Stade de France - AFP

Si l’après-match de cette finale de Coupe de France entre le PSG et l’OM (4-2) a été le théâtre de quelques tensions, aucun gros débordement n’est à signaler du côté du Stade de France.

Ils ont plutôt l’habitude de promettre le feu dans leurs chants. Samedi soir, à l’issue d’une finale de Coupe de France perdue (4-2) face à l’éternel rival parisien, certains supporters de l'OM sont passés à l’acte dans les tribunes du Stade de France. Dès le coup de sifflet final, on a ainsi pu apercevoir plusieurs départs de feu dans la tribune réservée aux fans olympiens. Si les réseaux sociaux se sont faits l’écho en images de quelques sièges calcinés, les autorités, par la voix du commissaire Antoine Boutonnet, patron de la lutte anti-hooligan en France, ont annoncé des sanctions.

A lire aussi >> OM-PSG : l’accès au Stade de France pointé du doigt

"Il est bien dommage qu'il y ait eu de tels comportements qui n'ont absolument rien à voir avec celui qu'on attend dans des enceintes de football et dans des tribunes, a ainsi réagi Antoine Boutonnet auprès de RMC Sport. Il est clair que l'on avait un comportement des supporters marseillais qui était tout à fait acceptable. Jusqu'à la fin de match, où l'on a eu quelques départs d'incendie dans les tribunes. Ce comportement n'est pas admissible, il pourra y avoir de toute façon des poursuites de type individuel."

"Il peut y avoir des sanctions individuelles voire collectives"

"A partir du moment où il y a une analyse de la vidéo-protection du stade, il y a une identification des personnes qui en sont à l'origine, prévient Boutonnet. Il peut y avoir des sanctions individuelles voire collectives." Si la police a procédé à plusieurs interpellations ce samedi soir, le bilan de la soirée reste positif, d’autant plus que la rencontre était classée à risques. Il y a eu des provocations entre supporters des deux camps aux alentours du Stade de France. Mais les bagarres ont vite été maîtrisées par des forces de l’ordre en surnombre, puisque pas moins de 1000 policiers étaient déployés pour éviter les débordements.

A lire aussi >> OM-PSG : Michaël Youn interpellé à cause d’un fumigène ?

la rédaction avec Jérôme Sillon.