RMC Sport

Coupe de la Ligue: le PSG rejoint l'OL en finale, mais s'inquiète pour Marquinhos

Fort de sa victoire à Reims ce mercredi (3-0), le PSG rejoint l'OL en finale de la Coupe de la Ligue. Mais Thomas Tuchel retiendra également que Marquinhos est sorti sur blessure en seconde période, à moins d'un mois du déplacement à Dortmund en huitième de finale aller de la Ligue des champions.

Un remake de la finale de 2014. Six ans après la victoire d’Edinson Cavani et sa bande face aux coéquipiers d’Anthony Lopes (2-1), l’OL et le PSG se retrouveront le 4 avril prochain au Stade de France en finale de la Coupe de la Ligue. Au lendemain de la qualification des Gones (2-2, 4-3 aux tirs au but contre Lille), les Parisiens ont à leur tour composté leur billet en s’imposant ce mercredi à Reims (3-0). Mais leur soirée a aussi été marquée par la sortie prématurée de Marquinhos. Capitaine en l’absence de Thiago Silva, laissé au repos, le Brésilien a cédé sa place à la 69e minute de jeu. Possiblement touché aux ischios, il n’a souhaité prendre aucun risque à un mois du huitième de finale aller de Ligue des champions contre le Borussia Dortmund (le 18 février sur RMC Sport) et a aussitôt demandé à sortir. Il a quitté le terrain en marchant, laissant Tanguy Kouassi prendre place aux côtés de Presnel Kimpembe en charnière centrale.

Paris a fait la différence sur coups de pied arrêtés

Un point noir, en attendant de connaître la nature exacte de sa blessure et la durée de son indisponibilité, dans un match qui a vu le succès du PSG se dessiner dès la première demi-heure. Marquinhos a d'ailleurs été le premier à faire la différence. Profitant d’une sortie hésitante de Predrag Rajkovic, l’ancien de la Roma a trouvé la faille de la tête sur un corner frappé par Neymar (9e). Presque un comble pour une formation peu habituée à briller dans cet exercice depuis le début de la saison. Interrogé sur le sujet samedi dernier en conférence de presse, Thomas Tuchel avait reconnu ne pas avoir d’explication. "Je suis un peu surpris car on a beaucoup de qualité au niveau du ballon avec Di Maria et Neymar, et on a beaucoup de joueurs qui sont forts de la tête ", avait réagi l’entraîneur parisien, qui a pu noter les progrès affichés par son équipe dans ce domaine à Auguste-Delaune.

Car c’est également sur un coup de pied arrêté que Paris a fait le break. Avec l’aide bien involontaire de la défense adverse. A la 31e, sur un coup franc de Neymar, Ghislain Konan a propulsé au fond de ses filets un ballon touché de la tête par son capitaine Alaixys Romao. Un deuxième but venu récompenser la domination des Parisiens, solides devant des Rémois trop timorés. Seul bémol pour les visiteurs lors des 45 premières minutes: les nombreuses pertes de balles et le repli défensif aléatoire de Julian Draxler. Visiblement touché physiquement (et averti), l’Allemand a été remplacé à la pause par Ander Herrera.

Premier but pour Kouassi, Rajkovic agacé

Les hommes de Tuchel n’ont pas cherché à forcer en seconde période, se contentant surtout de contrôler les rares offensives rémoises. Il a fallu attendre l’heure de jeu pour voir Mbappé réveiller l’attaque parisienne avec un joli enchaînement conclu par une frappe non cadrée (62e), en position de hors-jeu. Sur une pelouse en mauvais état, Neymar a lui aussi eu l’occasion de soigner ses statistiques au terme d’un contre express, mais il est tombé sur un excellent retour de Yunis Abdelhamid (67e).

Le troisième but est finalement arrivé à la 78e. Entré en jeu sept minutes plus tôt à la place de Marquinhos, Kouassi a un peu plus assommé des Rémois réduits à dix après le rouge reçu par Marshall Munetsi, directement exclu pour un tacle très dangereux sur Marco Verratti (74e). Après un corner frappé par et repris par Leandro Parades, Kouassi a surgi dans la surface pour fusiller de près Rajkovic et inscrire son premier but sous le maillot parisien.

En difficulté dans cette rencontre, le portier rémois a également récolté un carton jaune en fin de match après une petite altercation avec Mbappé (85e). Agacé par le comportement du champion du monde, coupable d'avoir tapé dans le ballon qu'il venait de placer dans sa surface, le Serbe s'est vengé en envoyant au sol l'attaquant parisien, qui s'est aussi illustré à la 89e en marquant volontairement... de la main. Un but logiquement refusé par l'arbitre. Ce n'est que la deuxième fois sur ses dix derniers matchs disputés que Mbappé regagne les vestiaires sans avoir fait trembler les filets. Mais à Reims, Paris n'en avait pas besoin pour retrouver la finale de la Coupe de la Ligue.

RR