RMC Sport

OM-Monaco: l'ASM se qualifie pour les huitièmes, Marseille ne va pas mieux

L'AS Monaco s'est imposée 2-1 contre l'OM ce mercredi soir à Louis-II, et s'est qualifiée pour les huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue. Après la claque reçue contre le PSG dans le Classique dimanche (4-0), Marseille ne va guère mieux.

L'OM s'est réveillé trop tardivement. L'AS Monaco a éliminé l'Olympique de Marseille (2-1) de la dernière édition de la Coupe de la Ligue, ce mercredi soir au Stade Louis-II. Le club de la Principauté, désormais sur trois victoires consécutives toutes compétitions confondues, accède ainsi aux huitièmes de finale de la compétition, tout comme les Girondins de Bordeaux ou encore le FC Nantes, entre autres.

L'amorce de la rencontre penche plutôt en faveur de l'OM. Titularisé pour la première fois en attaque, le jeune Aké se procure la première occasion sur une frappe croisée, consécutive à un très bon appel dans le dos de la défense (13e). Mais l'équipe olympienne s'efface progressivement. L'entrée précoce de Golovin, à la place de Fabregas qui s'est blessé à une cuisse dans un choc avec Sakai (11e), n'y est pas étrangère. Le milieu offensif russe donne immédiatement un autre visage à l'équipe monégasque, qui rend apathique son adversaire.

Augustin débloque son compteur

Cette prise de contrôle monégasque fait immédiatement la différence, après un premier dégagement notable de Mandanda (20e). Sur une longue phase de construction, Aguilar délivre un centre lointain de la droite devant le point de penalty. Pourtant encadré par trois défenseurs, Augustin échappe à tout marquage, prend le temps de contrôler et ouvre le score d'une frappe lourde (25e). Il s'agit du premier but de l'ancien Parisien sous ses nouvelles couleurs.

Peut-être handicapé par un manque de repos, seulement 72h après la déroute 4-0 à Paris, l'OM ne parvient pas à bouleverser la conjoncture. L'ASM continue de se montrer plus entreprenante, à l'image d'Augustin qui, en obligeant Mandanda à repousser tant bien que mal une frappe à l'entrée de la surface, permet indirectement à Aguilar de reprendre de volée et faire le break (40e).

La faute de main de Lecomte relance l'OM

"On manque un peu d'agressivité dans tous les domaines", observe Valère Germain à la mi-temps, au micro de Canal+. C'est sans doute ce qui motive Villas-Boas à effectuer deux changements à la pause, en faisant sortir Aké et Sarr pour Rongier et Radonjic. Ces ajustements réduisent les espaces monégasques, mais les occasions marseillaises se font toujours aussi rares.

L'OM revient finalement dans le coup avec beaucoup de réussite. À la réception d'une transversale, Payet se débarrasse d'Aguilar sur l'aile gauche, pénètre dans la surface, puis tente un centre court. Lecomte croit pouvoir s'en emparer, mais s'envoie le ballon entre les jambes et marque contre son camp (77e). Cela appelle une réaction de Jardim, déterminé à sécuriser les débats en faisant notamment entrer Ben Yedder.

Cette fois, l'OM se révolte, met ses dernières forces dans la bataille, fait reculer Monaco et décoche plusieurs tirs, notamment un bel enroulé de Radonjic (86e). Mais il était bien trop tard pour éviter cette deuxième défaite en trois jours.

JA