RMC Sport

Coupe du monde: un match nul très secret entre les deux Corées

Les deux Corées se sont neutralisés dans un choc historique (0-0), mardi à Pyongyang dans le cadre des éliminatoires de la zone Asie pour la Coupe du monde 2022. Le match s'est disputé sans public et dans des conditions peu communes.

À l'abri des regards, c'est un match hautement historique qui s'est joué au Kim Il-sung Stadium de Pyongyang. Dans le cadre des qualifications de la zone Asie de la Coupe du monde 2022 de football, la Corée du Nord et la Corée du Sud se sont neutralisées sur le score de 0-0. Inenvisageable il y a encore quelques années, surtout au sein même de la capitale de la dictature la plus opaque au monde, cette rencontre s'est déroulée sans public, ni journalistes étrangers. De plus, aucune retransmission télévisée en direct n'a été assurée.

Le seul écho, diffus, de ce match est venu des sites de la Fifa et de la Confédération asiatique (AFC) qui étaient autorisés à divulguer un minimum d'informations factuelles. Les supporters sud-coréens sont d'ailleurs contraints de patienter plusieurs jours pour visionner, peut-être, ce choc. "La Corée du Nord a promis de donner à notre délégation avant son départ un DVD contenant toutes les images du match", a expliqué le ministère sud-coréen de l'Unification, responsable des affaires intercoréennes.

Communications restreintes

Pour ce match spécial, une première à Pyongyang dans le cadre d'une compétition masculine de football, le président de la Fifa Gianni Infantino était présent. "C'est un grand plaisir d'être ici", a-t-il déclaré à son arrivée à l'aéroport, où il a été accueilli par le président de la fédération nord-coréenne, Kim Jang San.

L'équipe sud-coréenne était arrivée lundi accompagnée simplement de son sélectionneur, le Portugais Paulo Bento, et de son staff. Les mesures de sécurité étaient drastiques: tous les membres de la délégation ont été priés de laisser leurs téléphones portables à leur ambassade en Chine. En l'absence de reporters étrangers, la conférence de presse d'avant-match de Paulo Bento s'est déroulée en présence de seulement cinq journalistes nord-coréens. Deux personnes de la fédération sud-coréenne ont dû rentrer à l'hôtel pour trouver une connexion Internet envoyer un compte-rendu.

Très peu d'informations sur le match

Ces précautions du régime nord-coréen s'expliquent notamment par le refroidissement des relations de Pyongyang avec le reste du monde, à cause de nouveaux essais de missiles. De quoi trancher avec les effusions de 2018, lorsque le président sud-coréen Moon Jae-in avait profité des Jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang pour briser la glace et rencontrer dans la foulée trois fois le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un.

D'un point de vue purement sportif, sur la base des informations recueillies, difficile de tirer des enseignements. La FIFA n'a fourni aucune statistique de jeu. Tout juste sait-on que la Corée du Nord a fait deux remplacements, contrairement au Sud qui en a fait trois, et que deux cartons jaunes ont été distribués de chaque côté. À noter également que la star sud-coréenne de Tottenham Son Heung-Min était bien titulaire, avec le brassard de capitaine. Par conséquent, les deux équipes continuent de se partager la tête du groupe H avec sept points chacune.

Julien Absalon avec AFP