RMC Sport

Angleterre-Belgique: Martinez explique pourquoi les Belges n'ont pas calculé

-

- - -

À l'issue de la victoire face à l'Angleterre ce jeudi soir (1-0), le sélectionneur belge, Roberto Martinez, a tenu à saluer la performance collective de ses joueurs. Et assume de ne pas avoir calculé pour avoir une partie de tableau plus favorable.

C'est donc acté: la Belgique défiera le Japon en 8es de finale du Mondial. Avec cette victoire sur les Three Lions (1-0) ce jeudi à Kaliningrad, les Diables Rouges se sont invités dans la partie haute du tableau final. La plus compliquée. Mais avant de s'exprimer sur le sujet, le sélectionneur Roberto Martinez a tenu à saluer la performance de ses joueurs: "Nous devons être une équipe et pas seulement les titulaires. Ce soir, c’est la victoire de tout un groupe. Maintenant, on va se déplacer pour le reste de la compétition, mais je ne pense pas qu’on pouvait calculer. De grandes nations sont sorties, avant de penser au Brésil comme vous le dites, on doit déjà être prêt contre le Japon, c’est la seule chose qui nous importe."

"Un itinéraire plus facile" n'est pas la garantie du succès

Roberto Martinez s'est donc ensuite exprimé sur la tâche "plus compliquée" pour la Belgique, notamment en vue d'un hypothétique quart de finale contre le Brésil (ou le Mexique). "Je ne crois pas qu'on puisse réussir en Coupe du monde si on espère un itinéraire plus facile. Je crois que ce vous devez faire est d'essayer de créer un groupe, où tout le monde veut absolument participer, faire de bonnes performances [...] Nous ne voulions pas gagner à tout prix, mais quand on rentre sur le terrain on se doit de toujours gagner. C'est la Coupe du monde, et l'Angleterre a voulu faire de même. Le résultat tel est positif, cela nous a renforcés en tant qu'équipe. Du point de vue logistique, pour nous c'était plus facile de rester à Moscou mais maintenant, nous allons jouer (à Rostov). On le voit quand on fait des prédictions dans un Mondial, cela peut devenir difficile. L'Allemagne est sortie du tournoi, alors que très peu pensaient que cela serait une possibilité."

Une difficulté qu'a voulu s'éviter à tout prix le sélectionneur des Diables Rouges.

CP avec Loïc Briley et Anthony Rech à Kaliningrad