RMC Sport

Argentine-Bosnie : l’éclair de Messi

Lionel Messi

Lionel Messi - -

L’Argentine a débuté son Mondial par une victoire sans éclat contre la Bosnie-Herzégovine (2-1), dimanche à Rio. Si ce n’est le but magnifique Lionel Messi, auteur de sa deuxième réalisation en Coupe du monde, huit ans après le premier.

Cela ressemblait de plus en plus à une nouvelle occasion manquée. Buteur à une seule reprise lors de ses huit précédents matches de Coupe du monde, Lionel Messi a traversé de manière brouillonne la première heure d’Argentine-Bosnie-Herzégovine (2-1). S’obstinant à faire la différence seul, le quadruple Ballon d’Or a longtemps buté sur la défense bosnienne. Cette dernière avait pourtant facilité la tâche de l’Albiceleste en lui offrant l’ouverture du score sur une réalisation contre son camp de Sead Kolasinac après à peine 130 secondes de jeu. Le but le plus rapide de ce Mondial et le csc le plus précoce de l’histoire de la compétition.

Au retour des vestiaires, le double remplacement d’Hugo Campagnaro par Fernando Gago et de Maxi Rodriguez par Gonzalo Higuain ont replacé la Pulga en véritable n°10 derrière le duo Aguerro-Higuain. Un rôle dans lequel le Barcelonais a retrouvé du liant avec ses partenaires et du poids dans le jeu. Jusqu’à son exploit personnel de la 65e minute. Parti quasiment du rond central, Messi accélère et bénéficie d’une superbe remise d’Higuain à l’entrée de la surface. Une nouvelle accélération et un crochet pour éliminer deux Bosniens plus tard, le capitaine argentin crucifie Begovic d’une frappe rasante, avec l’aide du poteau. Une délivrance pour le n°10, dont le dernier but en Coupe du monde remontait à 2006, lors d’un carton face à la Serbie (6-0).

L'Argentine s'est fait peur

Sa sélection s’est quand même fait peur lors d’une rencontre qu’elle n’a jamais vraiment maîtrisée. A l’image de cette réduction du score concédée à cinq minutes de la fin sur un but de Vedad Ibisevic. Avec moins de maladresse à l’approche de la surface, les joueurs de Safet Susic auraient même pu embarrasser davantage l’un des grands favoris du Mondial. Mais l’essentiel est fait pour les Argentins et Messi, privé de titre cette année avec le Barça, a montré qu’il avait les jambes pour briller au Brésil.

A lire aussi :

>> Les Bleus soignent leur entrée

>> Benzema assume son statut

>> L'actu de la Coupe du monde

La rédaction