RMC Sport

Coupe du monde 2022: l'équipe de France appelée à condamner les violences LGBT+ au Qatar

Plusieurs associations ont publié une tribune dans Ouest-France appelant l'équipe de France et les dirigeants du football français à condamner les atteintes aux droits des personnes LGBT+ commises au Qatar, où va se dérouler la Coupe du monde.

L'équipe de France et les instances nationales du football doivent dénoncer les atteintes aux droits des personnes LGBT+ commises par les autorités du Qatar, pays hôte de la Coupe du monde (20 novembre-18 décembre), a plaidé un collectif d'associations et de personnalités, mercredi dans une tribune publiée dans le journal Ouest-France.

"Pourquoi n’entend-on AUCUN joueur de l’équipe de France prendre clairement position?"

"Fédération, dirigeants, joueurs et arbitres du football français, vous avez le pouvoir d'être entendus par des millions de personnes (...). Nous demandons que vous preniez position publiquement pour défendre ces droits fondamentaux", écrivent les associations, parmi lesquelles SOS Homophobie, la Fédération LGBTI+, ou plusieurs centres LGBT régionaux.

"Que fait la Fédération française de football?, lance le texte Qu’attendent les grands clubs pour dénoncer ces violences? Pourquoi n’entend-on AUCUN joueur de l’équipe de France prendre clairement position contre les violations des droits fondamentaux commises par le Qatar? Rappelons que, selon les Règlements Généraux de la Fédération Française de Football, 'toute discrimination pour des raisons de race, de religion, de politique ou pour toute autre raison est interdite' et qu’'il appartient aux instances de garantir qu’aucune atteinte ne puisse être portée à la dignité ou à l’intégrité d’une personne sur la base de ces mêmes considérations'."

Le Qatar "persécute, emprisonne et torture les personnes LGBT+, les privant de leurs droits les plus fondamentaux", poursuit le texte, qui dénonce un silence de la FFF, des grands clubs et des joueurs de l'équipe de France. Cette tribune, également relayée par une pétition sur le site change.org, a aussi été signée par des élus engagés pour la cause LGBT, comme l'adjoint à la maire de Paris Jean-Luc Roméro-Michel, ou le député (LFI) Andy Kerbrat.

Le brassard "One Love" jugé insuffisant

Comme ses homologues de sept autres sélections européennes, le capitaine des Bleus Hugo Lloris a annoncé en septembre qu'il porterait un brassard aux couleurs arc-en-ciel avec le message "One Love" dans le cadre d'une campagne antidiscrimination. Un geste toutefois insuffisant, selon Julien Pontes, porte-parole du collectif "Rouge direct", qui lutte contre l'homophobie dans le foot.

"On attend une prise de conscience que les discriminations contre les personnes LGBT, ça concerne tout le monde, même Griezmann ou Mbappé", a-t-il affirmé à l'AFP, en évoquant un "silence assourdissant" des Bleus. La Coupe du monde est entachée de controverses depuis que la Fifa a attribué fin 2010 le Mondial au Qatar.

Les organisateurs qatariens du Mondial assurent que les membres de la communauté LGBT+ seront accueillis sans discrimination, en dépit des lois criminalisant les relations sexuelles entre personnes du même sexe dans le pays. Un ambassadeur qatari de la Coupe du monde a relancé la controverse mardi en qualifiant l'homosexualité de "dommage mental", dans une interview diffusée sur la chaîne publique allemande ZDF.

NC avec AFP