RMC Sport

Coupe du monde 2022: le car de Belize menacé par des hommes armés à Haïti

Le car transportant les joueurs et le staff de la sélection de Belize a été attaqué par des hommes armés à Haïti. Mais l’escorte assurant la protection du véhicule a réussi à dissuader les assaillants.

Les qualifications pour la Coupe du monde 2022 débutent dans un climat d’insurrection à Haïti. Le car transportant les joueurs de Belize a en effet été attaqué par des hommes armés, lundi alors qu’ils ralliaient leur hôtel depuis l’aéroport. Les policiers escortant le véhicule ont finalement réussi à dissuader les assaillants de pousser leur action plus loin et de laisser passer la délégation, évidemment choquée.

Dans un communiqué publié sur son compte Facebook, la Fédération a dénoncé ces actes violents. "Malgré une escorte de quatre policiers, le car de l’équipe a été arrêté par des insurgés munis de fusils d’assaut sur des motos poussant les policiers à négocier avec eux pour que le car de l’équipe puisse continuer son trajet vers l’hôtel. L’équipe n’aurait jamais voulu vivre une telle situation mais nous sommes soulagés de dire que les Jaguars, bien que secoués par une telle expérience, sont saufs à leur hôtel."

La Fédération indique être en discussions avec la Fifa et les dirigeants de la Zone Concafa pour assurer la tenue d’entraînements en toute sécurité avant le match entre les deux équipes, prévu jeudi à Port-Au-Prince (22h). "Je suis heureux que tout le monde soit en sécurité et je salue les gars d’être restés courageux, a déclaré le co-capitaine de l’équipe, Deon McCauley. C’était un moment d’une peur intense. Continuons de rester soudés et prenons les meilleures décisions pour agir en équipe."

Haïti, situé dans les Caraïbes, est plongé dans la misère, une violente crise politique et dans la brutalité quotidienne imposée par les gangs. Le pays n’a plus de parlement depuis un an et le président en place fait face à la colère de la rue. C’est dans ce climat d’insécurité extrême que les joueurs de Belize ont rejoint l’île. Choqués par les événements, certains ont confié leur volonté de partir au plus vite.

NC