RMC Sport

Coupe du monde: après le Brésil, l’Iran ira en Russie

Carlos Queiroz, le sélectionneur de l'Iran

Carlos Queiroz, le sélectionneur de l'Iran - AFP

L’Iran a décroché sa qualification pour la Coupe du monde 2018 en battant l’Ouzbékistan, ce lundi soir (2-0). Et disputera deux éditions consécutives pour la première fois.

Historique ! Grâce à sa victoire face à l’Ouzbékistan, ce lundi (2-0), l’Iran s’est qualifié officiellement pour la Coupe du monde 2018 en Russie. Pour la première fois, le pays disputera donc deux éditions consécutives, puisqu’il était déjà présent à la Coupe du monde 2014 au Brésil. Cette victoire assure aux Iraniens une place parmi les deux premiers du Groupe A de la zone Asie. Les joueurs de Carlos Queiroz ne sont toutefois pas assurés de terminer en tête, puisque la Corée du Sud est juste derrière.

A voir aussi >> La Coupe du monde 2030 en Corée du Nord? La Corée du Sud ne dit pas non

La première qualification de l’Iran pour la Coupe du monde remonte à 1978. Un petit point. C’est tout ce qu’ils avaient réussi à glaner en Argentine. Leur meilleure performance, les Iraniens l’ont réalisée en 1998 en France. Une victoire face aux États-Unis (2-1) leur avait permis d’obtenir la troisième place de leur poule. Elle demeure la seule et l’unique dans l’histoire de la sélection iranienne en Coupe du monde.

A voir aussi >> VIDEO. Mondial 2018: grâce à un coup de génie de Bradley, les USA contrarient le Mexique

Prometteur pour la suite

Et c’est avec quelques certitudes que les Iraniens peuvent aborder le Mondial 2018. Leur victoire face aux Ouzbeks, grâce à des buts de Sardar Azmoun et Medhi Taremi (sur penalty), est la sixième de ces qualifications. Pour deux nuls, aucune défaite et zéro but encaissé. Carlos Queiroz, qui a déjà connu les huitièmes de finale avec le Portugal, va tenter de réitérer la performance. Avec l’Iran, qui n’a jamais dépassé la phase de poules, ce serait un énorme exploit.

A voir aussi >> Mondial 2018: l’Espagne et l’Italie se donnent rendez-vous, l’Islande peut rêver

VIDEO >> Le best-of de l’After foot du lundi 12 juin