RMC Sport

Coupe du monde: "La Croatie est en feu", savoure un Suker "très ému"

La Croatie disputera une nouvelle demi-finale de Coupe du monde vingt ans après sa défaite face à la France en 1998. Président de la Fédération croate de football, l’ancien grand joueur Davor Suker a savouré, au micro de RMC Sport, la qualification des siens, ce samedi, face à la Russie.

Ancien grand attaquant du Real Madrid et de la Croatie, Davor Suker est aujourd’hui président de la Fédération croate de football. Au terme de la qualification des siens pour les demi-finales de la Coupe du monde 2018, ce samedi à Sotchi face à la Russie (2-2, 4-3 tab), celui qui faisait partie de l’épopée dalmate en 1998, achevée en demies face aux Bleus de Lilian Thuram, a confié son émotion et sa joie à RMC Sport.

Davor Suker, vous êtes un homme heureux après la qualification de la Croatie?

Je suis très, très heureux. Très ému. C’est une victoire à la roulette russe comme j’ai dit à M. Medvedev. Mais c’est une Coupe du monde et les émotions peuvent y être magnifiques. Il faut en profiter. Je suppose que la Croatie est en feu ce soir. Ça n’a pas été un match facile contre cette Russie. Quand on a marqué le deuxième but, je suis allé boire une vodka pour me calmer le cœur. Mais j’avais dit que si on allait aux tirs au but, on gagnerait... mais que ma mère allait se préoccuper pour ma santé!

Cette aventure est-elle comparable à celle que vous avez vécu en 1998 (la Croatie avait chuté en demi-finale face aux Bleus)?

Peu importe la ressemblance ou la différence avec notre équipe de 1998. Je suis heureux et fier qu’on soit de nouveau la surprise de cette Coupe du monde, comme il y a vingt ans. Je suis fier de mes joueurs, qui donnent tout pour le maillot croate. Je vois dans leurs yeux qu’ils sont prêts. Je l’ai vu aujourd’hui au moment du repas et du café. Regardez Modric, après une saison tellement longue et éprouvante, il continue de se battre. C’est beau. Faire mieux qu’en 1998? J’espère. J’espère, c’est tout ce que je peux dire.

Vous visez le titre de champions du monde?

Non, non, non. Ne me faites pas dire que l’on veut être champion du monde. Comment voulez-vous que nous, Croates, nous disions ça! On prend les matchs un par un. J’aurais aimé jouer l’Angleterre d’avant. Celle du présent a beaucoup de puissance, de vitesse et est très organisée. Ce sera difficile.

Racontez-nous cette joie après la qualification...

J’étais dans le vestiaire. Je suis encore trempé, la chemise mouillée. Oui, c’est de l’eau. La vodka, c’était avant le match, et pendant... D’ailleurs, il faut vraiment dire merci à la Russie pour cette Coupe du monde. L’une des plus belles pour cette parfaite organisation. Aucun problème de sécurité ou de transport. C’est 10/10.

Vous préfériez vivre ces émotions sur le terrain ou en tribunes?

C’est mieux d’être sur le terrain. Sur la pelouse, tu peux décider de ton destin. Dans les tribunes, tu es impuissant. Je préférais le short à la cravate. D’ailleurs, j’ai enlevé ma cravate. Il faisait trop chaud après le match!

Propos recueillis par Florent Germain et Timothée Maymon à Sotchi