RMC Sport

Coupe du monde: le bilan des Bleues, entre engouement populaire et frustration

La Coupe du monde s’est terminée vendredi soir pour l’équipe de France, battue par les Etats-Unis au Parc des Princes en quart de finale. Si l’engouement autour des Bleues est sans précédent, les filles de Corinne Diacre n’ont pas atteint leurs objectifs, disputer la finale de leur Mondial et obtenir leur ticket pour les JO 2020 à Tokyo.

Des objectifs manqués

"Il faut aller en finale." Avant le coup d’envoi du Mondial, le patron de la FFF Noël Le Graët était clair: Corinne Diacre et ses joueuses devaient atteindre la finale de leur Coupe du monde. Mais après avoir montré un beau visage contre la Corée (4-0) et par intermittence face à la Norvège (2-1), les Bleues ont affiché quelques limites face au Brésil (2-1 ap) en 8eme et payé très cher leur manque d’efficacité offensive face aux Etats-Unis (2-0). "Le haut niveau c’est ça, soupire Eugénie Le Sommer, abattue après l'élimination en quarts de finale. On paye cash nos erreurs. On n’a pas été efficace dans les 30 derniers mètres." Autre échec, la qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo en 2020. Les Bleues ne termineront pas parmi les trois meilleures nations européennes de la compétition. "On est doublement peiné", admet Wendie Renard. 

Opération séduction réussie pour les Bleues

Méconnues du grand public avant la Coupe du monde, les joueuses de l’équipe de France ont gagné le cœur des Français durant ce Mondial à domicile. Dès le match d’ouverture face à la Corée du Sud, les joueuses de Corinne Diacre ont apporté un vent de fraicheur sur le football français qui n’avait jamais vu ça. Avec des stades pleins et surtout des audiences télé monstrueuses dépassant les 10 millions de téléspectateurs, les Bleues ont changé de dimension. Pour les joueuses en France, il y aura un avant et un après Coupe du monde 2019.

Des cadres décevantes

Les grandes joueuses se révèlent dans les grands rendez-vous. Si Megan Rapinoe a répondu présente avec un doublé au Parc, les Bleues les plus attendues, elles, n’ont jamais réussi à faire la différence. Au rayon des principales déceptions, Eugénie Le Sommer. La buteuse aux stats si affolantes avant la compétition l'a débutée blessée. Diminuée, elle n’a jamais été à 100%. Corinne Diacre l’a reconnu à la veille du quart de finale face aux USA. Elle termine le Mondial avec un total de deux buts. Gaëtane Thiney aussi a déçu, ne se montrant presque jamais décisive. Même sentiment pour la milieu aux 191 sélection Elise Bussaglia.