RMC Sport

Coupe du monde: le Croate Vida crie "Gloire à l'Ukraine" après avoir éliminé la Russie, la Fifa enquête

Buteur contre la Russie lors de la qualification de la Croatie pour les demi-finales de la Coupe du monde asmedi soir, Domagoj Vida risque une sanction pour avoir chanté en faveur de l'Ukraine après la victoire.

Un chant qui ne passe pas en Russie. Après la qualification de la Croatie aux tirs au but pour les demi-finales de la Coupe du monde face au pays hôte, le défenseur-buteur Domagoj Vida et son ancien coéquipier Ognjen Vukojevic ont rendu hommage à l'Ukraine dans les vestiaires. "Gloire à l'Ukraine !", a crié le premier, avant que le second ajoute : "Cette victoire est pour le Dynamo (Kiev) et pour l'Ukraine ! En avant la Croatie !"

La vidéo a été publiée sur Youtube et ce "Glory to Ukraine" a créé une grosse polémique, puisqu'il est lié à la cause nationaliste ukrainienne et à l'armée, en conflit dans certains territoires avec la Russie. La Fifa a d'ailleurs ouvert une enquête après avoir été alertée.

"Gloire à l'Ukraine !" est un slogan de la révolution pro-européenne qui a conduit à la destitution du président ukrainien pro-russe Viktor Ianoukovitch en 2014 et à une crise dans les relations entre les deux pays voisins. Le Kremlin avait officialisé par la suite l'annexion de la Crimée alors que les combats entre forces ukrainiennes et forces pro-russes ont fait plus de 10.000 morts.

Vida risque deux matchs de suspension

Des parlementaires russes ont demandé à la Fifa des sanctions sévères contre la Croatie. "De tels actes devraient être punis", a déclaré Dmitri Svichtchov, membre du comité parlementaire sur les sports, à l'agence officielle RIA Novosti. "Les slogans politiques, nationalistes et racistes ne sont pas les bienvenus à la Coupe du monde", a-t-il dit.

Selon le Sun, Vida risque jusqu'à deux matchs de suspension et une lourde amende pour ce comportement et pourrait donc manquer la demi-finale contre l'Angleterre ce mercredi (20h). Domagoj Vida s'est exprimé pour calmer le jeu. "C'était une blague rien de plus, j'ai des amis en Ukraine depuis que j'ai évolué au Dynamo Kiev, je ne voulais rien dire de plus. La victoire est pour la Croatie, et personne d'autre."

DW