RMC Sport

Coupe du monde: stop à l'enflammade, Diacre fait tout pour normaliser France-Brésil

Interrogée ce samedi en conférence de presse sur la symbolique autour du huitième de finale du Mondial France-Brésil (dimanche, 21h), et sur le prestige de l'affiche, la sélectionneure des Bleues Corinne Diacre n'a pas voulu faire monter la sauce autour de la rencontre. Au contraire.

C'est une affiche de gala, un premier choc, une rencontre que tout un pays attend... Mais pour Corinne Diacre, c'est un match à gagner. Rien de plus, rien de moins. Présente en conférence de presse ce samedi, à la veille du huitième de finale de Coupe du monde entre les Bleues et le Brésil au Havre (dimanche, 21h), la sélectionneure française a fait tout son possible pour "normaliser" la rencontre et ne pas mettre sur son groupe de pression supplémentaire.

"Une nouvelle compétition démarre, avec un vainqueur et un perdant à la fin de cette rencontre, a-t-elle expliqué en préambule. [...] On a l'ambition d'aller plus loin, mais l'ambition ne fait pas gagner. On a d'abord ce huitième à jouer, et si on ne gagne pas on rentre à la maison, c'est la loi du sport."

Une affiche de légende? Non, juste un huitième de Coupe du monde

Questionnée sur le Mondial 2003, et ses souvenirs du match France-Brésil en phase de poule (1-1), auquel elle avait pris part en tant que joueuse, Diacre n'a pas voulu ouvrir la boîte à souvenirs et offrir une séquence émotion.

"Je ne regarde pas dans le rétroviseur, je vous avoue que je n'y ai pas pensé, je n'ai pas envie de revenir 16 ans en arrière, a-t-elle répondu sèchement. Je préfère penser au huitième qui nous attend, pour le gagner." La technicienne n'a pas non plus souhaité entendre parler d'un match de "légende" à venir. "Non, c'est un huitième de finale de Coupe du monde, a-t-elle coupé. On ne va pas être copains..."

Corinne Diacre a tout de même reconnu un changement d'environnement autour de son groupe, en terme de ferveur. "Oui, on voit que dès que l'on sort de l'hôtel, dès qu'on va à l'entrainement, il y a de la ferveur, beaucoup plus qu'il y a quelques mois, a-t-elle glissé. Quand on voit les audiences on se surprend nous-mêmes, trois fois 10 millions c'est incroyable, mais ça ne nous met pas de pression supplémentaire, au contraire. Les gens qui nous suivent prennent du plaisir, ils aiment la fraîcheur que l'équipe dégage. Mais on reste concentrées sur la performance." Et sur rien d'autre.

CC avec AR