RMC Sport

Coupe du monde: en tribunes, l'ex-Première ministre danoise a défié le Qatar avec une robe arc-en-ciel

L’ancienne Première ministre danoise Helle Thorning-Schmidt, en tribunes lors du match Danemark-Tunisie

L’ancienne Première ministre danoise Helle Thorning-Schmidt, en tribunes lors du match Danemark-Tunisie - Mads Claus Rasmussen / Ritzau Scanpix / AFP

Helle Thorning-Schmidt, qui a occupé le poste de Première ministre au Danemark entre 2011 et 2015, a porté une robe aux couleurs de l’arc-en-ciel, qui sont aussi celles de la communauté LGBTQ+.

Une tenue très politique. L'ancienne Première ministre danoise Helle Thorning-Schmidt a été remarquée ce mardi dans les travées du stade Ahmad-ben-Ali, lors du match opposant le Danemark à la Tunisie dans le cadre du premier tour de la Coupe du monde 2022.

Repérée par nos confrères du HuffPost, Helle Thorning-Schmidt a porté une robe aux couleurs de l’arc-en-ciel, qui sont aussi celles de la communauté LGBT+.

Une tenue très symbolique, compte-tenu des critiques faites au Qatar quant au respect des droits LGBTQ+. Officiellement, "tout le monde est le bienvenu", martèlent la FIFA et les autorités qataries, assurant pouvoir garantir la sécurité de chaque visiteur "sans discrimination."

Plusieurs spectateurs empêchés d'entrer dans le stade

Mais la consigne a visiblement du mal à passer, plusieurs spectateurs s'étant vus ordonner d'ôter des vêtements et chapeaux aux couleurs arc-en-ciel lors des contrôles de sécurité lundi soir avant la rencontre Etats-Unis - Pays de Galles (1-1).

"Pendant que nous faisions la queue, nous avons entendu que les gens qui portaient un bob arc-en-ciel", le symbole de l'association galloise de supporters LGBT Rainbow Wall, "avaient dû l'enlever", a raconté à la chaîne ITV News l'ancienne capitaine de la sélection galloise Laura McAllister, qui siège entre autres au comité exécutif de la fédération galloise.

"Ils ont dit que (...) c'était un symbole interdit et que nous n'étions pas autorisés à le porter dans le stade", a expliqué Laura McAllister, contrainte de "ressortir" déposer le couvre-chef dans une zone pour objets trouvés et qui a préféré le glisser dans son sac pour l'introduire de nouveau dans le stade - "une petite victoire morale".

Avant la rencontre, le journaliste américain Grant Wahl avait raconté sur Twitter avoir été retenu par le personnel de sécurité parce qu'il portait un tee-shirt arc-en-ciel - "une erreur qui a été rapidement corrigée", selon la Fifa.

A.G