RMC Sport

Equipe de France: Lloris explique pourquoi il ne portera pas le brassard LGBT+ face à l'Australie

Hugo Lloris, le capitaine de l’équipe de France, a confirmé qu’il ne porterait pas le brassard arc-en-ciel pour la défense des droits LGBT+ lors de la Coupe du monde et expliqué cela pour des raisons réglementaires.

Le dossier avait été rouvert vendredi par la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra. Il a été définitivement refermé par les instances ce week-end et par Hugo Lloris, ce lundi. Le gardien de l’équipe de France a expliqué pourquoi il ne porterait pas le brassard "One Love" pour la défense des droits LGBT+, mardi face à l’Australie (20h) lors du premier match de l’équipe de France lors de la Coupe du monde. Il a répondu à un journaliste norvégien l’interrogeant sur l’article 3 de la Fifa s’opposant à toute discrimination et sur sa décision de ne pas signer ce geste symbolique.

"Je préfère rester dans mon cadre"

"J’ai plutôt envie de dire que la Fifa organise la compétition, elle définit un cadre, des règles et ce qu’on nous demande, à nous joueurs, c’est de joueur au football, de représenter notre pays sportivement, a-t-il répondu. Je préfère rester dans mon cadre, celui de joueur et de compétiteur. Il y a effectivement différentes causes louables, qu’il faut soutenir. La Fifa décide de l’organisation."

Après la conférence de presse lunaire de son président Gianni Infantino samedi, la Fifa a dégainé plusieurs brassards à porter selon des campagnes sociales organisées à chaque tour, pointant indirectement du doigt les capitaines qui privilégieraient un brassard One Love plutôt qu’une autre cause "officielle". Virgil van Dijk, capitaine néerlandais, pourrait ainsi porter deux brassards.

La semaine dernière, Hugo Lloris avait déjà confié qu’il ne porterait pas le message One Love en expliquant s'accorder sur la position de Noël Le Graët, président de la Fédération française de football. Si le ministère des Sports s’était montré favorable à son port, la FFF s’est finalement rangée derrière la Fifa qui n’a pas donné son feu vert.

>> Suivez toutes les infos de l'équipe de France EN DIRECT

"Avant d’entreprendre des choses, il faut l’accord de la FIFA et de la Fédération, avait rappelé Lloris en conférence de presse la semaine dernière. J’ai mon opinion personnelle sur le sujet et ça rejoint un peu celle du président. Lorsqu’on accueille des étrangers en France, on a l’envie qu’ils se prêtent à nos règles et respectent notre culture. J’en ferai de même lorsque j’irai au Qatar. Je peux être d’accord ou non sur leurs idées mais je vais montrer du respect par rapport à ça."

NC avec AP