RMC Sport

"Il ne faut pas politiser le sport": Macron répond aux critiques sur son possible déplacement au Qatar

Le président de la République estime que "politiser le sport" est une "très mauvaise idée", alors que les critiques sont nombreuses sur l'attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar

Il répond aux critiques. Pendant plusieurs semaines, le président de la République avait laissé planer le doute sur un possible déplacement au Qatar pendant la Coupe du monde. Mais Emmanuel Macron se rendra finalement dans l'émirat en cas de qualification de l'équipe de France pour les demi-finales.

Une information confirmée par le locataire de l'Élysée ce jeudi lors d'un point-presse en Thaïlande. "Il ne faut pas politiser le sport", a lancé Emmanuel Macron.

"Ces questions-là, il faut se les poser quand on attribue ces événements, dit-il. Que la question soit climatique ou qu'elle soit sur les droits de l'homme, on ne va pas se poser [la question] à chaque fois que l'événement est là."

"Nous avons des relations amicales" avec le Qatar

Jamais une Coupe du monde n’a suscité autant de critiques, sur l’environnement ou les droits humains, que ce Mondial 2022. Mais pour Emmanuel Macron, ces questions doivent être posées lorsque "l'événement est attribué à un pays", pas à quatre jours du début de la compétition.

"Je parle en permanence au Qatar, de tous les sujets, assure le locataire de l'Élysée. Nous avons des relations franches, amicales et constructives."

Pour Emmanuel Macron, le principe de "ne pas politiser le sport" vaut également pour les Jeux olympiques de Paris, qui seront organisés dans la capitale française en 2024.

"Je ne sais pas dans quel contexte les Jeux olympiques se feront sur le plan géopolitique. Mais il est sûr que la vocation de ces grands événements, c'est de permettre à des athlètes de tout pays, y compris parfois de pays en guerre, de pouvoir faire vivre le sport. Et de trouver aussi, par le sport, des manières de discuter là où des gens n'arrivent plus à se parler", conclut le président de la République.

Ariel Guez