RMC Sport

La "Coupe du monde des enfants"? Les horaires des matchs des Bleus font le bonheur des plus jeunes

Un enfant porte un maillot de l'équipe nationale de football de France, le 21 juin 2018. (photo d'illustration)

Un enfant porte un maillot de l'équipe nationale de football de France, le 21 juin 2018. (photo d'illustration) - GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Nombreux sont ceux qui ont connu, plus jeunes, l'affliction de devoir aller se coucher à la mi-temps d'un match car "il y a école demain". Cette année, pour la Coupe du monde au Qatar, les étoiles semblent être alignées pour que les enfants puissent profiter de toutes les minutes des matchs des Bleus.

Ce samedi après-midi, Julian, 12 ans, et sa sœur Paula, 7 ans, reçoivent leurs cousins à la maison pour un "match-goûter". Au programme: crêpes devant la télévision. À 17 heures, l'équipe de France joue son deuxième match de Coupe du monde contre le Danemark, une occasion de se retrouver en famille et de partager un moment festif.

"On avait peur qu'une Coupe du monde en hiver gâche le côté fête, mais pour le moment ça se goupille plutôt bien", confie à BFMTV.com Nicolas, le père de Paula et Julian.

Pas de matchs après 20 heures

Ainsi, les matchs de la phase de poules de cette Coupe du monde ont lieu à 11, 14, 17 et 20 heures (heures françaises). Les derniers matchs de chaque groupe se joueront simultanément à 16 ou 20 heures, des horaires qui resteront les mêmes pour les phases finales.

En heure locale - il y a deux heures de décalage horaire entre Paris et Doha -, les matchs se jouent relativement tard mais de cette manière, la plupart peuvent être joué le soir, atténuant ainsi les effets de la chaleur qatarie - même si les stades sont climatisés.

Un contexte qui fait qu'en France, les matchs se jouent plus tôt que d'ordinaire, et cela qui fait le bonheur des plus jeunes.

"Ça contraste avec la frustration ordinaire"

Le premier match des Bleus dans la compétition a eu lieu ce mardi à 20h. À 9 ans, Issa, est un très grand fan de foot. D'ordinaire, durant l'année, il doit se contenter de regarder une mi-temps avant d'être contraint d'aller se coucher, les matchs débutant souvent aux alentours de 21 heures. Cette fois, il était ravi: sa famille était réunie autour de la télé, avec des pizzas, et il a pu profiter de chaque minute de la rencontre.

"Surtout que le lendemain c’était mercredi, il n’avait pas école", explique à BFMTV.com Géraldine, sa mère.

"Actuellement, la Coupe du monde contraste avec la frustration ordinaire", poursuit-elle, expliquant également être "plus souple" sur l'heure du coucher pour un tel événement.

"On a joué le jeu à fond pour les enfants"

Issa, comme le rapporte sa mère, s'est néanmoins réveillé à midi le lendemain. Une grasse matinée impossible pour Lana, Soën et Aëdan qui, eux, ont école le mercredi. "On a regardé les deux mi-temps mais on s'est fait un peu avoir: on ne savait pas que le temps additionnel était plus important qu'avant... Et là les arbitres en ont pas mal rajouté", sourit Julien, leur père.

"Du coup, on a perdu Lana en route qui s'est endormie sur la fin", raconte-t-il.

Dans leur maison de région lyonnaise, il n'y jamais de foot à la télévision. "On est des supporters un peu nuls, mais là on a joué le jeu à fond pour les enfants", confie Julien. "C'est la première année où le décalage horaire permet d'avoir les matchs pas trop tard, cela combiné au fait que les enfants ont 6 et 8 ans...", ajoute-t-il.

"Même Norah (la dernière de la fratrie) continuait d'applaudir de son lit en entendant le match", poursuit Julien.

S'il faut jongler entre l’envie de regarder le match et ne pas se coucher trop tard - notamment avec "l’excitement d’après-match où c'est un peu long de se mettre en 'mode dodo'", raconte Géraldine - les parents contactés par BFMTV.com s'accordent sur le côté "exceptionnel" de la situation.

Des "matchs-goûter"

Et ce samedi, rebelote, avec un horaire encore plus favorable aux enfants: un match en plein après-midi. "Cette fois-ci Norah ne sera pas au lit. Elle adore entendre les trompettes et tambours des tribunes alors on monte le son et elle danse, on profite", explique Julien, ravi de "partager un moment d'effervescence en famille".

Paula et Julian, eux, ont déjà tout organisé: maillots, maquillage bleu-blanc-rouge pour les joues, crêpes et bonbons. "Et je pense qu'on va devoir réitérer ça mercredi prochain...", nous confie leur père. Encore un match un jour sans école: les Bleus affrontent la Tunisie à 16 heures... L'occasion pour un nouveau "match-goûter".

Pour la famille de Julien, c'est également le moment d'apprendre un tas de choses comme les règles du foot ou l'histoire de la Marseillaise. "Mais n'importe quel passionné qui voudrait regarder un match avec nous à la maison finirait par craquer... C'est compliqué de suivre les commentateurs avec toutes les questions qui fusent", ironise le père de famille.

Une "Coupe du monde des enfants"

Si la plupart des familles se limitent aux matchs de l'équipe de France, Issa, lui, veut regarder tous les matchs. "Il vient de rentrer de l'entraînement de foot et il est déjà devant un match, mais là on va bloquer pour aller faire les devoirs", raconte Géraldine.

Si les Bleus terminent premiers de leur groupe, ils joueront leur huitième de finale le dimanche 4 décembre à 16 heures et en cas de deuxième place, ce sera le samedi 3 à 20 heures. Un calendrier digne d'une véritable "Coupe du monde des enfants". Un programme qui devrait se poursuivre jusqu'au bout, puisque si les hommes de Didier Deschamps vont jusqu'en finale, la rencontre est prévue pour le dimanche 18 décembre à 16 heures.

Salomé Robles