RMC Sport

Mondial 2018: les gardiens allument le déroutant ballon, les autres s'en délectent

Le Telstar 18

Le Telstar 18 - AFP

Après les matchs amicaux de vendredi, les gardiens de but s’en sont pris au ballon du Mondial 2018, dont les trajectoires s’avèrent parfois surprenantes.

Il pourrait bien être l’une des stars du Mondial 2018 en Russie (14 juin – 15 juillet). Il devrait en tout cas être adoré par certains. Et détesté par d’autres. Surtout, il ne manquera probablement pas d’offrir un supplément de spectacle et des buts. Il s’agit du ballon: le Telstar 18.

S’il est équipé d’une puce qui permettra aux spectateurs d’obtenir de nombreuses informations, c’est pour ses folles trajectoires que le ballon conçu par Adidas se fait actuellement remarquer. Au point probablement de faire évoluer quelques consignes ou au moins de donner des idées à plusieurs joueurs.

Vendredi, Thomas Müller a ainsi profité des "qualités" du cuir pour envoyer une étonnante frappe dans la lucarne de David De Gea lors d’Allemagne-Espagne (1-1).

Reina veut le changer

Après la rencontre, le portier de la Roja n’a pas manqué de se payer le maudit ballon: "Il est vraiment étrange, il prend des trajectoires bizarres, je pense qu’il aurait pu être amélioré". Son remplaçant, Pepe Reina, appelle même à " le changer, il reste encore du temps".

Marc-André ter Stegen, portier de la Mannschaft en l’absence de Manuel Neuer, n’a pas non plus épargné l’objet volant: "Le ballon pourrait être mieux. Il bouge beaucoup. Il est compliqué de le bloquer. Nous allons devoir nous habituer à lui et essayer de l'apprivoiser le plus rapidement possible avant le début du Mondial. Nous n'avons pas le choix".

Alves: "C'est optimal pour celui qui tire"

Dani Alves, qui rechigne rarement à tenter sa chance, lui, savoure. "C'est optimal pour celui qui tire et très mauvais pour celui qui s'arrête", a déclaré le latéral droit après Russie-Brésil (0-3), vendredi. 

JBi