RMC Sport

Mondial 2022 : soupçons de corruption à la FIFA

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Un ancien membre de la FIFA, Jack Warner, est soupçonné d’avoir reçu des pots de vin après avoir nommé le Qatar pays organisateur de la Coupe du monde 2022 Cette enquête relance les rumeurs de corruption autour de cet évènement.

Selon le Telegraph, l'ancien président de la CONCACAF et vice-président de la FIFA durant 14 ans, Jack Warner, aurait reçu en 2011, près de 1,2 million de dollars de la part d'une société gérée par un ancien fonctionnaire du football qatari, quelques temps seulement après l’attribution de l’organisation de la Coupe du monde 2022 au Qatar. 750 000 dollars auraient également été versés à ses fils, et 400 000 à un de ses employés. Soit un montant total de 2,35 millions de dollars.

Warner aurait été trahi par un document datant du 15 décembre 2010, soit deux semaines après l'attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar, précisant que 1,2 million de dollars devaient être versés à la société de Jack Waner, « pour services rendus entre 2005 et 2010 ». Selon le quotidien britannique, le FBI aurait entamé une enquête sur Warner qui réside désormais à Trinidad et Tobago. Ainsi, les soupçons de corruption autour de la Coupe du monde 2022 sont relancés.

Des irrégularités à la pelle

Michel Garcia, enquêteur en chef de la commission d’éthique de la FIFA, est chargé de repérer également les irrégularités entourant le processus d’appel d’offres de la Coupe du monde au Qatar. Il existe plusieurs allégations persistantes de corruption, certains membres du comité exécutif de la FIFA n’auraient pas été impartiaux au moment du vote en décembre 2010 selon le Telegraph. Six semaines avant le vote à Zurich, un officiel de la Coupe du monde aurait été pris dans une enquête secrète, acceptant de vendre son vote pour un des rivaux de l'Angleterre.

Un ancien employé de la FIFA a également affirmé que l'un des soumissionnaires avait acheté les votes de trois membres du comité exécutif de l'Afrique, avant de revenir sur ses propos. Autant de détails qui mettent en relief l’opacité des décisions autour de la Coupe du monde 2022.

A lire aussi :

>> En vidéo : Stromae milite pour faire l’hymne belge au Mondial

>> Romario traite Blatter de « corrompu » et de « fils de p… »

>> Thuram au Brésil pour la bonne cause

La rédaction