RMC Sport

Platini : « Candidat à la Fifa ? Ma décision après la Coupe du monde »

Michel Platini

Michel Platini - -

Présidence de la FIFA, Mondial brésilien, l’arbitrage français, le Ballon d’Or et même la quenelle de Nicolas Anelka. Michel Platini, le big boss de l’UEFA, a tout évoqué à l’occasion du comité exécutif de l'Euro 2016 qui se déroule ce vendredi à Nyon.

Michel Platini, qu'en est-il de votre éventuelle candidature à la présidence de la FIFA et celle de Jérôme Champagne ?

Je ne vais pas rentrer dans des discussions aujourd’hui. Aujourd’hui, j’ai du boulot à l’UEFA, on a des choses à créer, on a des choses à faire. Et mon emploi du temps est très chargé. Je ne changerai pas ce que j’ai dit. Si je dois me présenter ce sera pendant ou après la Coupe du Monde. Je pense que ce sera plutôt après la Coupe du Monde. Sincèrement je n’ai pas lu grand-chose, j’ai rien lu ni écouté. La seule chose que je peux dire à Jérôme Champagne, c’est bonne chance.

Sepp Blatter a déclaré il y a quelques semaines que le Brésil était le pays organisateur le plus en retard dans l'histoire de la Coupe du Monde...

Ce n’est pas la première fois qu’on organise des choses dans le monde entier et on a toujours critiques quelques mois avant la Coupe du Monde ou l’Euro. Nous avions aussi des problèmes pour l’Euro, nous avions aussi des problèmes pour la Coupe du Monde 98 en France. On ne savait pas où allait être le Stade de France et l’inauguration a été faite en février, l’année de la Coupe du Monde. Donc à la fin tout va bien se passer, pour les stades. Après pour les pelouses, elles se changent. Maintenant on met une journée à changer de pelouse. Donc je ne me fais pas de soucis, la Coupe du Monde au Brésil se passera dans de bonnes conditions.

Aucun arbitre français n'a été sélectionné pour cette Coupe du Monde, qu'en pensez-vous ?

Je crois que le nombre d’arbitres européens est passé de 11 à 9. Qu’il n’y ait un arbitre français sur les 9 européens, je ne pense que ça soit un gros problème. Maintenant c’est sûr que c’est la première fois depuis 74 et donc je peux concevoir que ce ne soit pas très bien pour l’arbitrage français. Il ne reste qu’à travailler pour faire que les arbitres soient meilleurs. Les Coupes du Monde ne s’arrêtent pas. Dans quatre ans il y en aura une autre.

Pensez-vous déjà aux moyens à mettre en œuvre au niveau des transports en France pour l'Euro 2016 ?

Nous avons des trains très rapides en France et des avions très rapides aussi et qui ne coûtent pas très chers. Les supporters anglais peuvent prendre le TGV, et ça va très vite, vous mettez trois heures pour traverser la France. Ça va plus vite qu’à cheval.

La France affrontera en matches amicaux les équipes du seul groupe des éliminatoires de l'Euro 2016 composé de 5 nations...

Pour ces matchs amicaux, on a au moins la chance d’avoir des équipes qui existent, plutôt que de les chercher et qu’il n’y en ait pas. Tous les autres jouent. Ça tombe bien et c’est une bonne idée d’avoir fait ça. Ce n’est même pas une idée qui vient de moi, alors voyez. Elle est très bonne. C’est bien parce que la fédération française n’a pas besoin de chercher des partenaires. Tout le monde, dans le monde entier joue. Au moins, ils ont des dates libres avec des partenaires libres. La fédération française est très contente.

L'UEFA va visiter prochainement le Paris Saint-Germain dans le cadre du fair-play financier...

On va visiter tous les clubs de tous les pays qui participent à nos compétitions. Nous faisons des enquêtes sur tout le monde. Maintenant, il existe aussi des commissions indépendantes. Tout ce qu’il se passe dans le football européen à travers les clubs est répertorié. Et si un jour il se passe des gros problèmes ou des petits problèmes, la commission de discipline pourra statuer. Ce sont deux commissions indépendantes. Je n’en sais pas plus, c’est très secret. Aujourd’hui, on arrive après quatre ans de possibilité aux clubs de se mettre à jour. On va voir les clubs qui le sont et ceux qui ne le sont pas, et donc voir les possibles punitions qu’ils peuvent avoir. Je rappelle que nous ne sont pas là pour tuer les clubs mais on est là pour aider les clubs à se mettre dans une uniformité financière.

Après la victoire controversée de Cristiano Ronaldo au titre de Ballon d'Or, faut-il revoir les critères d'attribution ?

A l’époque, des joueurs comme Paolo Rossi, Ballon d’Or en 1982, ont été récompensés pour leur bonne saison dans les clubs alors qu’il n’était pas le meilleur joueur européen. Igor Belanov a été Ballon d’Or en 1986 mais lui aussi, ce n’était pas le meilleur joueur européen. Cependant, c’est lui qui a fait le plus de buts. Cette récompense était souvent basée sur des critères de performance sur le terrain. Maintenant, c’est la FIFA qui pose les critères. Ronaldo est un très très grand Ballon d’Or, ça aurait pu être Messi qui est tout aussi formidable. Mais en remportant cinq compétions sur cinq, Ribery est pour moi le meilleur joueur européen.

Selon vous, Franck Ribéry va-t-il réussir à digérer une troisième place qui semble injuste ?

Je pense que c’est une motivation au contraire. Je ne pense pas que ce soit dans le mental de Franck Ribéry de baisser les bras. Je pense qu’il va être encore meilleur. Je pense qu’il va vouloir l’avoir donc il va vouloir être encore meilleur. C’est bien pour son club mais aussi pour l’équipe de France.

Que pensez-vous de la nouvelle affaire impliquant Nicolas Anelka pour son geste de la "quenelle" ?

Je pense qu’il y a des règles qui sont mises en place. Il y a des choses que l’on ne peut pas faire, qui sont interdites. Chaque compétition à son propre organe de discipline et on va bien voir ce que la Fédération Anglaise va faire la dessus.

Faut-il désigner des coupables aux blessures malheureuses de Radamel Falcao et Giuseppe Rossi ?

J’ai vu les images. Personne n’est parti pour faire mal. Ça s’est passé comme ça. Donc punir quelqu’un qui n’a pas voulu faire de mal et qui a été maladroit, c’est difficile. Je pense que le football doit garder sa virilité. Si on commence maintenant à siffler parce qu’on a touché quelqu’un, ça ne sera plus le football. Je suis très déçu et je souhaite bonne chance à Rossi et à Falcao pour revenir le plus vite possible et disputer la Coupe du monde. Je pense que les joueurs ne l’ont pas fait exprès. Aujourd’hui, il y a beaucoup moins de violence que par le passé. Notre époque était beaucoup plus violente. Il peut y avoir des gens plus maladroits. C’est le football. »

A lire aussi :

>> Falcao s'accroche à son rêve

>> EN IMAGES : ces stars qui ont manqué une Coupe du Monde

>> Moscato : " Gourcuff ? Ribéry doit faire l'effort "

JS à Nyon