RMC Sport

Qatar 2022 : La colère noire de Bill Clinton

-

- - -

L’ancien président américain Bill Clinton a peu apprécié la désignation du Qatar pour organiser la Coupe du monde 2022. Le Daily Telegraph révèle aujourd’hui une anecdote croustillante à ce sujet.

Décembre 2010, lobby du Savoy Baur en Ville, à Zurich. La FIFA vient d’attribuer la Coupe du monde 2022 au Qatar et déjà les téléphones de la planète entière se mettent à sonner. Au milieu de la cohue, un homme fulmine à l’issue du verdict. Un homme connu dans le monde entier : Bill Clinton, président des Etats-Unis entre 1993 et 2001. Selon le Daily Telegraph, celui qui s’attendait à lutter contre la candidature australienne ou japonaise rentre dans sa suite, ferme la porte, prend un ornement de la table basse en face de lui et le jette sur un miroir. La glace est cassée, le moral aussi.

Il faut dire qu’après deux longues années à parcourir le monde afin de recueillir des votes pour la candidature des Etats-Unis, l’ambassadeur officiel tombe des nues. Etre battu par un désert aussi géographique que footballistique, habité par deux petits millions d’habitants, où la température s’élève à 50°C l’été et dont la superficie équivaut à celle de l’Ile-de-France, M. Clinton ne peut le concevoir. « Il se sentait humilié et pensait que la décision n’avait aucun sens », ajoute une source proche au quotidien anglais.

Des détectives privés engagés

Toujours selon le Daily Telegraph, les délégations des Etats-Unis et de l’Australie ne veulent pas en rester là. Elles auraient même embauché des détectives privés pour mettre en lumière un système de corruption supposé et ainsi forcer la FIFA à organiser un nouveau vote. L’un des instigateurs de l’enquête ? Bill Clinton. Qui, deux ans après, n’a donc toujours pas digéré.

Adrien Debargue