RMC Sport

Ronaldo revient sur les théories du complot autour de la finale 1998

Ronaldo

Ronaldo - ICON Sport

Dans une interview accordée au Financial Times, Ronaldo, ancien attaquant brésilien, balaie d’un revers de main toutes les théories du complot qui accompagnent encore sa prestation ratée en finale de la Coupe du monde 1998 face à la France.

Vingt et un an après, la prestation de Ronaldo en finale de la Coupe du monde 1998 entre la France et le Brésil (3-0) alimente encore les spéculations. Pris de vomissements et de convulsion avant le match, l’attaquant avait tout de même tenu sa place alors que son nom était d’abord absent de la feuille de match.

Malgré quelques situations chaudes, l’ancien joueur de l’Inter Milan avait livré une pâle prestation face aux Bleus. Ce qui avait ouvert la porte aux supputations sur les causes de cette crise (fatigue mentale, intoxication alimentaire délibérée ou réaction à un traitement d’anti-douleurs?). Dans une interview au Financial Times, l’ancien avant-centre balaie tout d’un revers de main. 

"Je pense que les gens aiment les théories du complot, ironise-t-il. Tant de conneries." Aurait-il dû jouer? "Ce n'était pas mon meilleur match, consent-il. Mais je me battais. Je courais. J'étais prêt à jouer... Certains jours, vous ne vous sentez pas bien et d'autres, vous vous sentez bien. C’est difficile à expliquer. Vous voyez Messi jouer avec Barcelone et comment il joue avec l'équipe nationale. C’est complètement différent.

Ce n’est pas facile de jouer avec l’équipe nationale dans les grandes compétitions. Tous les meilleurs joueurs du monde sont présents, ce n’est donc pas facile de remporter une Coupe du monde, en particulier lorsque vous jouez contre la France à Paris. Tout le stade était bleu."

Les parlementaires ont enquêté sur le joueur qui devait marquer Zidane

Après cette défaite en finale de la Coupe du monde, la folie s’était emparée du Brésil et notamment au Congrès qui avait organisé des audiences sur le résultat. Celles-ci visaient principalement à savoir si Nike, qui avait versé 160 millions de dollars dans un accord portant sur les équipements avec l'équipe nationale brésilienne, avait demandé à son client Ronaldo de jouer en finale (une allégation fermement démentie par toutes les parties).

Ronaldo se souvient que les parlementaires l’avaient avaient même interrogé sur la tactique de l’équipe. "On m’a demandé: 'Qui devait marquer Zidane lors des coups de pied de coin?', illustre-t-il. Putain de merde, c'était incroyable."

NC