RMC Sport

Des joueurs argentins s’assoient en plein match pour protester contre l’arbitrage

Les joueurs de l’équipe argentine de San Jorge de Tucuman, en troisième division, se sont assis sur le terrain en plein match pour protester contre l’arbitrage qu’il jugeait en leur défaveur. Un geste qui intervient au même moment que la rébellion des joueuses camerounaises lors de la Coupe du monde 2019 face à l'Angleterre.

Scène incroyable en Argentine! Dimanche, les joueurs de l'équipe de San Jorge de Tucuman se sont assis sur le terrain en plein match alors que le chronomètre affichait 50 minutes de jeu. Ils ont protesté contre deux décisions arbitrales qu'ils jugeaient en leur défaveur lors de la première mi-temps de la finale retour (0-0 à l'aller) de Federal A (3e division) sur le terrain d'Alvarado, délivrant un sésame pour l'échelon supérieur. 

Match arrêté, Alvarado promu

L'expulsion d'un de leurs joueurs, puis un but de l'équipe adverse validé malgré une position de hors-jeu supposée les ont rendu fou furieux. Après une action anodine, ils ont donc décidé de s'asseoir tous ensemble. Les tentatives de discussions entamées par leurs adversaires et l'arbitre n'y ont rien changé. Le match n'a pas repris et Alvarado a été déclaré vainqueur et donc promu à l'échelon supérieur. 

"Alvarado devait être promu"

"Alvarado devait être promu, la Fédération a envoyé un arbitre qui n'avait pas d'autre intention", a déclaré un joueur de Tucuman à l'issue du match. Cet incroyable scénario est intervenu le même jour que le comportement polémique des joueurs de la sélection du Cameroun lors du 8e de finale de la Coupe du monde féminine face à l'Angleterre (3-0).

En colère après des décisions du VAR en leur défaveur, ces dernières se sont réunies dans le rond central pendant plusieurs minutes en guise de protestation. Un comportement sévèrement critiqué par le sélectionneur, Phil Neville.

"Je suis venu à cette Coupe du monde pour gagner mais aussi pour jouer un rôle dans la démocratisation et l'amélioration du football féminin et j'ai honte de ce que j'ai vu ce soir. Que 5, 6 ou 7 millions de personnes aient regardé ce match et vu ce type de comportement me rend triste. Je n'avais jamais vu ça sur un terrain de foot, j'ai vraiment honte du comportement des adversaires et mes joueuses n'ont pas apprécié non plus. J'espère que c'est un incident isolé."

NC