RMC Sport

Election présidentielle au Brésil: Ronaldinho soutient le candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro

Ronaldinho

Ronaldinho - AFP

Sur Twitter, Ronaldinho a manifesté ouvertement son soutien à Jair Bolsonaro, le candidat d'extrême droite favori des sondages pour la présidentielle au Brésil, dont le premier tour se tient ce dimanche.

Il est surnommé "le Donald Trump brésilien". Comparé au président américain pour ses prises de position ouvertement agressives, homophobes, misogynes, voire racistes, Jair Bolsonaro est le favori de l’élection présidentielle au Brésil, dont le premier tour se déroule ce dimanche.

Député d’extrême droite de 63 ans, cet ex-militaire nostalgique de la dictature peut compter sur l’appui de plusieurs personnalités, notamment d’anciennes gloires du sport ou de joueurs en activité. Après Rivaldo et Lucas Moura, entre autres, c’est Ronaldinho qui lui a manifesté son soutien sur Twitter.

"Je veux un Brésil meilleur pour tous"

"Pour un Brésil meilleur, je désire la paix, la sécurité et quelqu'un qui nous redonne de la joie. J'ai choisi de vivre au Brésil et je veux un Brésil meilleur pour tous", a affirmé l’ancien maître à jouer du Barça, dont le profil sur Twitter est suivi par 18 millions de personnes.

Ce message est illustré d'une photo de l'ex-milieu offensif de 38 ans de dos, avec un maillot jaune de la Seleçao floqué du n°17, le nom de code de Bolsonaro sur les urnes électroniques. Le tweet du Ballon d’or 2005 a été commenté par plus de 11.000 internautes. Certains l’ont félicité pour son soutien, d’autres l’ont critiqué avec virulence.

"Merci beaucoup Ronaldinho, c'est un honneur", a répondu le candidat, dont la campagne a été largement menée sur les réseaux sociaux. Avide de notoriété et de polémiques, Bolsonaro a notamment déclaré dans un entretien accordé en 2011 au magazine Playboy qu'il préférerait avoir un fils "tué dans un accident de voiture" plutôt qu'homosexuel". Blessé à l'arme blanche lors d'un meeting en septembre dernier, il avait alors été soutenu par Lucas Moura. "S'il était vraiment raciste, il serait en prison", avait réagi sur Twitter l'attaquant de Tottenham.

RR avec AFP