RMC Sport

Benzema : son nouvel avocat, Dupond-Moretti, contre-attaque

Karim Benzema

Karim Benzema - AFP

Invité ce vendredi de Larqué Foot sur RMC, le nouvel avocat de Karim Benzema, Me Eric Dupond-Moretti, est revenu sur l’audition de son client en tant que témoin dans une affaire de blanchiment d’argent. Et a signifié sa ferme intention d’intenter une action en justice contre le journal Libération.

Alors que la levée de son contrôle judiciaire semblait lui avoir de nouveau ouvert les portes de l’équipe de France, Karim Benzema a vu ces dernières heures, une nouvelle polémique le concerner. Le journal Libération a consacré sa Une ce vendredi à l’attaquant du Real Madrid, révélant qu’il avait été entendu comme témoin dans le cadre d’une information judiciaire ouverte pour « blanchiment en bande organisée » et « blanchiment de trafic de stupéfiants ».

Invité à réagir ce vendredi au micro de Larqué Foot sur RMC, le nouvel avocat de Karim Benzema, Me Eric Dupond-Moretti, a fait part de son indignation, puis a écarté l’hypothèse d’une nouvelle affaire pour son client et confié vouloir assigner Libération. « Il y a eu des révélations dans Libération, que j’assigne d’ailleurs, qui ne révèlent rien du tout, affirme-t-il. Sauf, qu’un homme a été entendu comme témoin. Il a été entendu par la douane et à l’issue de son audition, la douane n’a pas déféré Karim Benzema au parquet et il n’a pas été mis en examen par le juge d’instruction.

« Et ça donne ce matin dans Libération, une photo qui ressemble presque à une photo anthropométrique, à une sale gueule de coupable et un titre dégueulasse qui est "Nouvelle embrouille", poursuit Dupond-Moretti. C’est un mot de cité. Ça n’a pas été choisi par hasard. D’ailleurs, ils ont de très bons titreurs à Libération. Tout ça pour nous dire qu’il est témoin et qu’il ne sera peut-être pas poursuivi par la justice. A Libération, qui est un grand journal de gauche avec des valeurs, on ne respecte plus la présomption d’innocence ? »

Dupond-Moretti s’en prend à Valls

« Il n’y a pas de dossier, assure l’avocat de Karim Benzema. Il n’est mis en examen de rien et il n’est accusé de rien. L’article de Libé titre violemment mais dans le corps du texte, se fait plus subtil. Mais le mal est fait. Et il y a des semaines que ça dure. Il y a aussi l’intervention du Premier ministre. Dans l’équipe du gouvernement, il y a deux condamnés. Vous avez entendu Didier Deschamps demander à ce que Jean-Marc Ayrault et Harlem Désir soient sortis de l’équipe ? Deschamps s’est mêlé de la composition de l’équipe du gouvernement ? Non. Et pourquoi Valls se mêle-t-il de la composition de l’équipe de France ? On lui reproche l’affaire de la sextape. On verra que cette affaire est une montagne qui va accoucher d’une souris. Si Benzema a les qualités sportives, si le sélectionneur veut l’appeler, qu’il ne se gêne pas. Les politiques se mêlent de tout. Je trouve ça scandaleux. »