RMC Sport

Bleus: Knysna, Marseillaise... Les idées reçues sur Benzema ont la vie dure, mais elles sont fausses

Indiscutable au Real Madrid, et respecté plus généralement en Espagne, Karim Benzema a pourtant été régulièrement confronté en France à quelques idées reçues. Plus de cinq ans après sa dernière apparition sous le maillot bleu, Karim Benzema devrait encore susciter des débats avant l'Euro sur des considérations extra-sportives.

Après plus de cinq ans de mise à l'écart, Karim Benzema est de retour en équipe de France. Ce qui paraissait pratiquement impensable il y a quelques semaines encore, est devenu réalité ce mardi soir, avec l'annonce de la liste de Didier Deschamps des 26 joueurs convoqués pour l'Euro 2020.

D'un point de vue uniquement sportif, la présence de Karim Benzema ne suscite pratiquement aucun débat. Depuis le départ de Cristiano Ronaldo du Real Madrid en 2018, l'attaquant français est la principale arme offensive du club merengue, encore au sommet de son art cette saison, avec 29 buts en 45 matchs disputés toutes compétitions confondues. Des statistiques qui ne reflètent pas spécialement en plus son implication dans le jeu du Real Madrid, où il est bien plus qu'un simple buteur.

Bref, si les Bleus ont remporté une Coupe du monde sans lui, Karim Benzema a ajouté 3 Ligue des champions et deux Liga à son palmarès depuis sa dernière apparition avec les Bleus, face à l'Arménie en novembre 2015. Soit une éternité dans le monde du football.

Il n'a pas participé à l'épisode de Knysna

C'est à seulement 19 ans, alors en plein envol avec l'OL, que Karim Benzema a connu sa première sélection avec l'équipe de France. En mars 2007, face à l'Autriche, un temps où Jacques Chirac était encore Président de la République. Convoqué par Raymond Domenech pour l'Euro 2008, il n'avait pas été du voyage pour l'Afrique du Sud, en 2010, en raison d'une première saison au Real Madrid jugée peu convaincante.

En son absence, les Bleus ont connu un triste épisode de leur histoire, avec leur mutinerie de Knysna, refusant de sortir du bus pour s'entraîner devant les caméras du monde entier. L'histoire d'amour entre l'équipe de France et son public bat alors de l'aile. Et Benzema n'y est pas pour grand chose. Sauf qu'une partie de l'opinion l'associe toujours à Knysna. Bien des années après, le 16 juillet 2018, au lendemain de la seconde Coupe du monde remportée par l'équipe de France, Valeurs Actuelles avait tenté de scénariser une opposition entre le discours "patriotique" d'Antoine Griezmann, et celui de Karim Benzema, accusé comme Frank Ribéry et Nicolas Anelka "d'entacher les couleurs et l'honneur de la France". Qualifié de "gredin" et faisant partie du "clan des banlieusards" selon Valeurs Actuelles, Karim Benzema se voyait donc reproché d'avoir participé à cet épisode de Knysna. Raté.

Loin de cette opposition qui tient plus de la construction intellectuelle, quitte à tordre les faits, sur le terrain, la complémentarité entre Benzema et Griezmann paraissaient très intéressante, et les deux joueurs n'ont jamais caché entretenir une relation amicale. "Je parle beaucoup avec lui, je lui donne pas mal de conseils. On essaie de se trouver et de combiner ensemble. En dehors du terrain, c'est quelqu'un qui aime bien rigoler. Il est à l'écoute", évoquait Benzema sur son cadet à ses débuts en équipe de France, loin des considérations reprochées à son égard. "C'était un plaisir de jouer avec lui", répondait quelques années plus tard Griezmann, lorsque le joueur du Real Madrid était écarté des Bleus.

Il n'a pas craché sur la Marseillaise

Le potentiel de l'équipe de France s'annonce même encore plus intéressant sur le papier des années plus tard, avec l'émergence de Kylian Mbappé, qui n'a pas hésité à montrer son enthousiasme sur les réseaux sociaux quant au retour de Karim Benzema. Selon les informations du Parisien ce mercredi, les cadres du groupe de Didier Deschamps se sont montrés en tout cas en faveur du retour du banni.

"Tellement fier de ce retour en équipe de France et de la confiance que l’on m’accorde", réagissait ce mardi Karim Benzema sur son retour. Car dans son histoire tumultueuse avec l'équipe de France, il a souvent été reproché au joueur son manque d'attachement au maillot, ne chantant pas par exemple la Marseillaise. La polémique s'était même emballée lorsqu'il avait craché après l'hymne national au moment d'un hommage après les attentats du 13 novembre 2015. Lors d'un clasico entre le Real Madrid et le FC Barcelone, Benzema s'était retourné après l'hymne pour cracher.

"Je trouve ça lamentable. C’est nul d’inventer des histoires comme ça, de dire des choses graves, s'était défendu à l'époque Karim Benzema, très touché par les insinuations. Pendant la Marseillaise, je suis concentré, je pense aux victimes, aux familles, à ma famille, aux gens qui m’aiment, au football. Je suis sincère et sérieux dans mon regard. Je crache à la fin, comme à tous les matchs, comme tous les joueurs. Et en plus, je me tourne. A aucun moment, dans ma tête, je ne pense à cracher sur la Marseillaise ou à des choses comme ça. C’est lamentable de me faire passer pour quelqu’un qui ne respecte pas le pays, les morts. Ça, ça fait mal."

"Je me sens français. Les polémiques, ça va trop loin et j’en ai marre. (…) Si c’était obligatoire, je la chanterais. J’ai toujours respecté les règles", poursuivait-il même à propos de son choix de ne pas chanter la Marseillaise. Pourtant, c'est ce même Karim Benzema qui a été cité en exemple par les révélations des Football Leaks.

Benzema, "un patriote fiscal"

En décembre 2016, les documents des Football Leaks indiquaient que Karim Benzema payait l'impôt sur ses droits à l'image en France. Un choix de sa part, au contraire de certains de ses coéquipiers du Real Madrid qui passaient par des paradis fiscaux pour y échapper. Légalement, Karim Benzema aurait même pu utiliser sa société, qui gère ses droits à l'image, pour la domicilier en Espagne afin de payer moins qu'en France. Mais le joueur a été cité comme un "patriote fiscal". Pourtant montré en exemple, Karim Benzema avait refusé de répondre pour s'expliquer.

Maire du septième arrondissement parisien, Rachida Dati se félicitait aussi ce mardi du retour de Karim Benzema, "toujours très engagé pour les enfants en difficulté même depuis Madrid". Ses propres enfants justement, Karim Benzema a décidé de les placer dans une école à Madrid qui dépend du lycée français. "Je suis Français, ma fille vit à l'étranger mais je veux qu'elle connaisse bien sa langue et son pays", avait confié le joueur à notre consultant sur place Frédéric Hermel.

Sur l'aspect purement sportif en tout cas, plusieurs des coéquipiers de Benzema pour l'Euro ont montré leur satisfaction de voir ce retour sous le maillot bleu. "C'est quelqu'un que j'apprécie énormément. Je suis vraiment content qu'il retrouve l'équipe de France. Vu le niveau qu'il a depuis pas mal d'années, ce sera forcément un plus", estimait de son côté Steve Mandanda pour RMC. "Tout amateur de football est content de le voir dans le groupe. J’ai eu la chance de jouer contre lui, ce sera l’occasion d’apprendre à le connaître. C’est vraiment un plus pour l'équipe", indiquait lui Kingsley Coman.

"Ce serait l'offenser de penser qu'il n'aurait pas été pris dans les 23, c'est Karim Benzema", lance Deschamps

Dans l'ombre de Cristiano Ronaldo au Real Madrid, certains ont longtemps minimisé son influence dans les différents titres glanés en Espagne. " Il est évidemment capable de marquer des buts, c’est un avant-centre. C’est surtout dans le jeu. Il est exceptionnel dans le jeu. Il n’y a pas beaucoup de joueurs qui sont capables de maîtriser le ballon comme il le fait, de faire jouer les autres et surtout ne pas perdre le ballon", vantait Zinédine Zidane sur les qualités de son joueur, au moment du huitième de finale retour face à l'Atalanta. où Benzema avait ouvert le score.

Car en Espagne, Karim Benzema est devenu une référence incontestée, déjà dans l'histoire du Real Madrid. Sa troisième Liga, remportée l'an dernier, doit beaucoup surtout à ses performances, avec 21 buts marqués en championnat. Depuis le départ de Cristiano Ronaldo, Karim Benzema a donc marqué au moins 20 buts en championnat sur les trois exercices effectués. A la Liga, s'ajoutent aussi une Supercoupe d'Espagne et une Coupe du monde des clubs fin 2018.

Au vu du potentiel offensif de l'équipe de France, difficile donc pour les supporters français de ne pas saliver des combinaisons possibles à la pointe de l'attaque. Pragmatique, Didier Deschamps connaît forcément les qualités de Karim Benzema et ce qu'il peut apporter à son équipe. Les deux hommes se sont vus la semaine dernière, à Madrid, pour évoquer ce retour. Quant au fait de savoir si Benzema a profité d'une liste élargie, le sélectionneur a désormais un discours assez clair. "Ce serait l'offenser de penser qu'il n'aurait pas été pris dans une liste à 23. C'est Karim Benzema, sans vouloir faire de hiérarchie, je ne vous cache pas qu'il aurait été dans les 23", a lâché Deschamps ce mardi en conférence de presse. A Karim Benzema désormais de renouer le fil de sa carrière avec les Bleus et d'y inscrire les plus belles pages, lui qui retrouvera une équipe qui a changé de visage en son absence.

GL