RMC Sport

Coupe du monde 2019: les sponsors s'arrachent les Bleues

L’équipe de France est portée par un énorme élan populaire depuis le début de la Coupe du monde 2019. Un soutien massif auquel les joueuses de Corinne Diacre ne s’attendaient pas. Même si en coulisses, elles sont sollicitées depuis plusieurs mois par les annonceurs et les médias.

Le 7 juin 2019 restera une date historique pour le football féminin français. Elle correspond évidemment à ce match d'ouverture de la Coupe du monde 2019 remportée par la France face à la Corée du Sud (4-0). Déjà parce que les Bleues ont joué dans un Parc des Princes plein à craquer. A quelques exceptions (notamment Amandine Henry lors de son passage à Portland aux Etats-Unis), les joueuses françaises n'avaient jamais évolué devant autant de monde. Dix d'entre elles participaient même à une grande compétition pour la première fois. C’était donc une vraie découverte pour les filles de Corinne Diacre.

Les Bleues ne s’attendaient pas à cet engouement

Depuis plusieurs semaines, le staff de l'équipe de France avait tout de même préparé les joueuses à l'engouement qui pourrait accompagner leur parcours dans la compétition. Mais les Bleues ne s'attendaient pas à une ferveur aussi importante: "Voir autant d’engouement que ce soit au niveau du public ou au niveau de l’audience que l’on a pu faire, c’est top. On en a reparlé là en venant, on a comparé avec les garçons, on ne s’attendait pas du tout à ça, on espère que pour les prochaines rencontres on fera aussi bien", confie la latérale gauche Amel Majri. Vendredi dernier, elles ont vécu un rêve, qui s'est prolongé encore un peu.

Depuis cette folle soirée parisienne, les joueuses de l'équipe de France ont été inondées de messages de sympathie, de félicitations et de soutien qui les ont beaucoup touchées. Certaines d'entre elles les ont relayés sur leurs réseaux sociaux. La milieu de terrain Grace Geyoro ou l'attaquante Viviane Asseyi ont notamment "reposté" beaucoup de vidéos de fans. Désormais, elles ont hâte de retrouver cette communion avec le public dans tous les stades où elles vont jouer. A commencer par l’Allianz Rivera de Nice, ce mercredi face à la Norvège (21h).

De très nombreuses sollicitations

Cet engouement a un effet concret depuis quelques semaines. Si en début de saison, les sponsors ne se sentaient pas encore vraiment concernés par la Coupe du monde féminine et la discipline au sens large, depuis le début de printemps, de nombreuses marques ont approché les joueuses de l'équipe de France. Les propositions pleuvent de toutes parts. Dans les dernières semaines précédant la compétition, les joueuses ont parfois refusé certaines sollicitations et d'autres opérations se sont déroulées dans un timing très serré avant le début de la préparation.

L'attaquante Valérie Gauvin a par exemple signé avec une marque automobile (Kia), une campagne sur les réseaux sociaux a été lancée par une marque de shampoing (Head & Shoulders) Griedge Mbock et Eve Perisset. De son côté, l'attaquante Eugénie Le Sommer a signé un partenariat avec une marque de cosmétique (OPI) et une autre de coiffure (Wella). D'autres joueuses se sont également entourés de spécialistes de l'image numérique pour contrôle les sollicitations pendant le Mondial et passer une nouvelle étape dans la structure de leur projet. C'est le cas notamment de Charlotte Bilbault, la milieu de terrain. Pour que l'embellie continue, il faudra maintenant que les résultats suivent, comme l’a récemment rappelé la capitaine Amandine Henry. La France ne demande que ça.

Anthony Rech