RMC Sport

Dix ans après, l'arbitre de France-Irlande en veut toujours à Thierry Henry pour sa main

Dix ans après jour pour jour, Martin Hansson, arbitre du barrage France-Irlande, n’a toujours pas digéré. Il confie en vouloir toujours à Thierry Henry pour sa main volontaire à l’origine du but de la qualification pour les Bleus au Mondial 2010. Et d’un scandale retentissant.

Ce soir-là, Martin Hansson avait rejoint les vestiaires avec le sentiment du devoir accompli. Pourtant, au moment de siffler la fin du barrage retour entre la France et l’Irlande comptant pour la Coupe du monde 2010, le 18 novembre 2009, l’arbitre suédois était déjà au coeur d'une énorme polémique. Il y a dix ans jour pour jour, il n’avait pas vu le contrôle de la main volontaire de Thierry Henry, passeur décisif pour William Gallas.

Grâce à la main de l'attaquant, au but du défenseur et à l'erreur d'appréciation de l'arbitre, la France avait arraché le nul en prolongation (1-1, 0-1 en Irlande à l'aller) et son billet pour la Coupe du monde. Privant du même coup l’Irlande de son rêve, sur l’un des plus gros scandales du football mondial au 21e siècle. Dans une interview accordée au site The Athletic dix ans plus tard, l’arbitre de la rencontre n’a toujours pas digéré. 

"Je pensais (en rentrant aux vestiaires) que c’était l’un des meilleurs matchs de ma carrière, confie Martin Hansson. Ce n’est pas si souvent, en tant qu’arbitre, que tu es impatient de débuter une prolongation mais, pour ce match, c’était ce que je ressentais. J’étais à un bon moment de ma carrière. J’avais arbitré la finale de la Coupe des confédérations. Je pensais vraiment que j’avais fait un bon match."

Puis, il a vu les images qui lui avaient échappé pendant le match. Il en garde un traumatisme profond. Interrogé sur ce qu’il ferait s’il rencontrait aujourd'hui Thierry Henry: "Je ne lui parlerais pas", a-t-il confié. "Ce fut la pire performance de ma carrière, a-t-il poursuivi. Je suis juste reconnaissant d’avoir eu de très bons amis durant cette période. J'ai eu beaucoup de soutien. Des arbitres de toute l'Europe m'envoyaient des textos, bien plus que je n'aurais jamais pensé. Ce fut une catastrophe pour l'Irlande. Ils étaient si proches de la Coupe du Monde et c’est une chose tellement importante. Ce sont des gens fantastiques aussi."

Un officiel de la Fifa lui a appris son erreur à la fin du match

Il explique ne pas avoir eu connaissance de son erreur avant d’en être informé par un observateur de la Fifa peu de temps après le coup de sifflet final. Une nouvelle qui l’a "complètement anéanti". Il a confié avoir parfaitement vu la tête de Gallas, mais pas la main de Henry précédent la passe décisive de ce dernier. "Il (l’observateur de la Fifa, ndlr) a dit qu’il était désolé mais qu’il devait nous dire qu’il y avait une main très délibérée sur le but, raconte-t-il encore. Je n’arrivais pas à bien penser et lui avais répondu: 'mais j’ai vu le but et c’était une tête ou au moins l’épaule'. Je n’avais aucune idée. 'Non, non, ce n’est pas cette situation, c’est celle avant'."

Il se remémore également de sa rencontre avec un dirigeant de la Fédération irlandaise après ce match. "A ce moment-là, nous savions, bien sûr, poursuit-il. Nous savions ce que cela signifiait pour l’Irlande et nous savions aussi que pour nous la Coupe du Monde en Afrique du Sud n’existait plus. Il voulait nous serrer la main. 'Messieurs, dit-il, bien sûr que c'est une erreur, mais nous blâmons le joueur, nous ne vous en voulons pas. C’est une grosse triche de la part du joueur'. C'était incroyablement bien de sa part."

-
- © -

Dix ans plus tard, il remarque évidemment que ce genre de situations ne pourrait plus se produire grâce au VAR et à la présence d’arbitre-assistant dans la surface. Il dénonce aussi la triche flagrante des joueurs. "Si nous avions la technologie en place à ce moment-là, cela aurait été mieux pour tout le monde, convient-il. Mais ce que je voudrais vraiment demander, c’est où est la discussion sur la triche des joueurs? Ce n’est pas gros sujet, n’est-ce pas? Si l'arbitre commet une erreur, les médias veulent parler à l'arbitre pour lui demander ce qui s'est passé. L’arbitre doit dire: 'Oh, c’était une grosse erreur, je pensais que c’était un penalty mais j’ai eu tort'. Ou dans mon cas, que je ne pouvais pas voir la main parce que j'étais caché du joueur. Mais, jamais, ils ne mettront une grande star devant les caméras et demanderont: 'Pouvez-vous regarder cet écran ici? De toute évidence, vous trichez, alors qu'est-ce que vous voulez dire à ce sujet?' Je n'ai jamais entendu cette question."

Hansson travaille désormais comme observateur des arbitres à la Fifa. Il avait fait l’objet d’un documentaire en Suède, Rättskiparen (L’arbitre), dans lequel il avait confié avoir touché le fond après cette énorme polémique. Retenu pour la Coupe du monde 2010, il n'avait été désigné pour aucun match de la compétition (il avait officié en tant que 4e arbitre). Il a mis un terme à sa carrière d’arbitre professionnel en 2013.

NC