RMC Sport

Equipe de France: basket, balade, quelques larmes, comment les Bleus ont vécu le temps avec leurs proches

Les femmes d'Hugo Lloris et Olivier Giroud

Les femmes d'Hugo Lloris et Olivier Giroud - AFP

Les joueurs et le staff de l'équipe de France ont passé un peu de temps avec leurs proches, entre mardi soir et mercredi après-midi. Un moment de bonheur pour les Bleus, qui se sont vite replongés dans la Coupe du monde.

Ce fut très court mais intense. Mardi en entrant à Istra vers 22 heures, les joueurs de l’équipe de France ont pu profiter de la nuit avec leurs proches et leurs familles. Pendant quelques heures, Istra a troqué son habit de camp de base pour se transformer en grande colonie de vacances, avec la délégation des proches de joueurs qui approchait les 130 personnes. Et plusieurs enfants se sont distingués, comme le petit de Raphaël Varane, Ruben, quinze mois, qui déambulait dans le camp. Certains enfants se sont essayés au panier de basket réservé aux joueurs. Au menu de la soirée, du basket donc, des jeux vidéo et une grande balade pour certains autour du lac qui borde l’hôtel des Bleus.

"Sincèrement, ils avaient tous le sourire. Ils ne sont pas du tout stressés. On n’a quasiment pas parlé de football. On a préféré juste parler de leur vie en Russie", glisse le père d’un joueur. Des sourires, des rires, c’est le sentiment qui règne autour de cette soirée qui a fait du bien aussi aux membres du staff qui ont pu retrouver leurs proches, comme l’a souligné Samuel Umtiti avec beaucoup d’humour quand la question lui a été posée de savoir si le sélectionneur était stressé. "Non, il est détendu. En plus on a eu la chance de voir nos familles, nos femmes. Donc je pense que là il est détendu (rires)."

Quelques larmes versées

Mercredi en milieu d’après-midi, les familles sont reparties. Un moment déchirant pour certains. Des larmes ont été versées. "On leur a dit qu’il fallait la ramener pour nous, pour leurs familles. C’était déchirant comme un deuxième départ, mais on a essayé de leur donner le plus de motivation. On leur a rappelé que la France était derrière eux. On a rigolé aussi sur le fait que s’ils passaient contre l’Argentine, on reviendrait vite les voir. Enfin si le coach veut bien (rires)", glisse toujours ce même papa de joueur.

Certains Bleus regrettaient d’ailleurs l’éloignement avec leurs proches, alors que le Brésil dispose par exemple d’un hôtel dans son camp de base pour les familles, ou que les Anglais ont beaucoup plus de jours libres. Mais cela ne change rien pour Deschamps et son staff, pas question de bouleverser les habitudes. Antoine Griezmann l’a bien compris: un dernier bisou sur le front de sa fille, un dernier moment de bonheur avant de revenir en mode commando sur la Coupe du monde.

A lire aussi >> France-Argentine: "C'est très compliqué d'arrêter Messi", avoue Umtiti

Mohamed Bouhafsi