RMC Sport

Equipe de France: "Inacceptable de donner en spectacle des querelles de personnes", lâche Diacre

Avant de dévoiler ce jeudi sa liste pour les matchs de novembre de l'équipe de France, et d'annoncer le retour d'Amandine Henry, Corinne Diacre a pris la parole pour réagir aux critiques la visant.

Sa parole était très attendue. Publiquement critiquée par certaines joueuses, Corinne Diacre a dévoilé ce jeudi sa liste des joueuses retenues pour les matchs qualificatifs à l'Euro 2022 contre l'Autriche, le 27 novembre à Guingamp, et le Kazakhstan, le 1er décembre à Vannes. La sélectionneure de l'équipe de France a notamment décidé de rappeler Amandine Henry, qui n'avait pas été convoquée lors du rassemblement en octobre et qui a depuis livré un témoignage fort illustrant le malaise régnant en sélection. Sarah Bouhaddi n'a en revanche pas été sélectionnée. Mais avant d'annoncer son groupe et de répondre aux questions des journalistes, Diacre a tenu à faire passer un message clair.

"Tout d'abord, à la question 'peut-elle tenir?', la réponse est oui. Je veux rassurer tout le monde. Je n'ai jamais été aussi motivée dans le cadre des mes fonctions et mes responsabilités pour aller chercher le seul objectif qui occupe mon esprit: qualifier notre équipe nationale pour le prochain championnat d'Europe. (...) Le football français a besoin plus que jamais de ce réconfort. Les supporters n'attendent que ça. C'est la raison pour laquelle nous avons besoin durant ce rassemblement capital d'une bonne attitude générale, de sérénité, d'ambition et de ne penser qu'à notre réussite collective", a-t-elle confié, avant de poursuivre son laïus en expliquant avoir "entendu les déclarations critiques de ces derniers temps".

"Nous devons faire preuve de dignité"

"Le moment n'est pas venu de régler ce problème alors que notre équipe nationale joue son avenir sur le terrain. Nous réglerons les problèmes les yeux dans les yeux mais je n'utiliserai pas les médias comme intermédiaire. Nous avons à prouver que l'équipe de France peut gagner un titre, ce que nous n'avons jamais fait. Ce qui compte, c'est le destin de l'équipe nationale. Les Français ont montré qu'ils aimaient les Bleus, ce serait indécent de gâcher ce bonheur. Je ne suis pas insensible à la difficulté dans laquelle la société française se bat: la maladie, le chômage, la pauvreté, la violence", a-t-elle affirmé dans ce message très préparé. Un discours suivi de mots forts.

"Il est inacceptable de donner en spectacle des querelles de personnes. Nous devons faire preuve de dignité. Le président Noël Le Graët l'a dit, il faut arrêter tout cela. Je vais arrêter avec tout ça sans renier mes valeurs: l'exigence, le travail, l'état d'esprit, l'esprit de compétition, la combativité. S'il faut des remises en question, j'y suis prête. La première vérité, c'est le terrain et il faut aller chercher cette qualification. Mon engagement est total. Le contexte est difficile mais on ne cède rien. Ne vous inquiétez pas, les staffs tiennent le choc et savent faire preuve de l'autorité nécessaire, moi la première", a-t-elle ajouté, avant de communiquer son groupe. Dans une ambiance pour le moins particulière.

RR