RMC Sport

Equipe de France: le rôle important d'Adil Rami pendant la Coupe du monde

Cantonné au banc de touche depuis le début de la Coupe du monde en Russie, Adil Rami accepte son rôle sans poser problème. Invitée de l'Intégrale Coupe du monde sur RMC, sa soeur, Feda, assure que "ce n’est pas parce qu’on ne le voit pas qu’il n’est pas actif et important".

Avec Alphonse Areola, Adil Rami est le seul joueur de l’équipe de France à ne pas encore avoir joué une minute depuis le début de la Coupe du monde en Russie. Même lors du troisième et dernier match de la phase de poules contre le Danemark (0-0), alors que les Bleus étaient déjà qualifiés pour les huitièmes, Didier Deschamps l’avait laissé sur le banc. Malgré son statut de remplaçant, le Marseillais semble plutôt bien vivre son Mondial. Il est notamment apparu très souriant en conférence de presse le 4 juillet dernier, enchaînant les blagues et les punchlines face aux médias.

"Comme tout l’équipe de France, il est soulagé d’avoir passé l’avant-dernière étape, et il est maintenant concentré, déterminé et surtout humble pour ne pas s’enflammer et ne pas sortir de sa bulle", a expliqué ce jeudi sur l’antenne de RMC sa sœur, Feda Rami. "Même s’il n’est pas sur le terrain, il apporte énormément par son expérience et sa maturité. Il fédère. Ce n’est pas parce qu’on ne le voit pas qu’il n’est pas actif et important. Le sélectionneur sait qu’Adil est un garçon qui peut être autant sur le banc que sur le terrain", souligne-t-elle.

>> Les podcasts de l'Intégrale Coupe du monde

"Quand il a un truc à dire, il le dit"

"Quand on apprend réellement à le connaître, Adil est un garçon qui est bon enfant avec une joie de vivre qu’il a toujours eu. Il n’a jamais créé de personnage. Quand il a un truc à dire, il le dit. Il n’a pas de langue de bois", assure-t-elle, précisant que son frère se tient prêt au cas où Didier Deschamps ferait appel à lui pour la finale contre la Croatie, dimanche (17h), à Moscou. "S’il se passe quoi que ce soit en finale, comme une blessure, ce que je ne souhaite pas, et qu’il doit rentrer, le sélectionneur pourra compter sur lui", confie-t-elle.

Et quid de la moustache du Marseillais, devenu le porte-bonheur de ces Bleus ? "Ça montre la bonne humeur et la bonne entente qu’il y a dans cette équipe de France !"

RR