RMC Sport

Euro Espoirs: que vaut la Croatie, adversaire des Bleuets?

Après avoir arraché la victoire face à l'Angleterre (2-1) pour son entrée en lice à l'Euro Espoirs, l'équipe de France doit enchaîner ce vendredi face à la Croatie (21h) pour se rapprocher des demi-finales. Un adversaire qui reste sur une déroute contre la Roumanie (4-1), mais qui a tout de même des arguments à faire valoir.

Il faut s’imposer. La formule de l’Euro Espoirs est telle qu’elle ne leur laisse pas vraiment le choix. Trois jours après avoir renversé l’Angleterre sur le fil (2-1), les Bleuets doivent confirmer ce vendredi contre la Croatie (21h), au stade olympique de Serravalle, à Saint-Marin. Car si elles ont trois points au compteur, les ouailles de Sylvain Ripoll sont encore loin des demi-finales, qui ne sont réservées qu’aux trois équipes terminant en tête de leur groupe et au meilleur deuxième. Avant de boucler cette phase de poules face à la Roumanie lundi (21h), une nouvelle victoire apparaît donc comme vitale pour se rapprocher du dernier carré. Il faudra pour cela se méfier d’une équipe croate mieux armée que ne peut le laisser penser sa déroute subie contre la Roumanie (4-1) pour son entrée dans la compétition.

Menés 2-0 au bout d’un quart d’heure, les Croates ont su réagir pour réduire l’écart et installer leur jeu (55% de possession), mais ils ont à nouveau craqué en seconde période devant une sélection roumaine très réaliste et bien guidée par le milieu offensif Ianis Hagi, fils du mythique Gheorghe Hagi. Peu inspirée aux abords de la surface adverse, la Croatie est apparue étonnement friable défensivement lors de cette rencontre. Pourquoi étonnement? Parce que la sélection menée par Nenad Gracan avait bouclé les éliminatoires avec l’une des meilleures défenses en n’encaissant que cinq buts en dix matchs. Seules l’Angleterre et la Roumanie avaient fait mieux avec quatre buts encaissés.

Ripoll se méfie "des joueurs très techniques"

Cette solidité défensive avait permis aux coéquipiers de Josip Posavec, le portier de l’Hajduk Split, de s’adjuger la première place de leur groupe, devant la Grèce, la République tchèque ou encore la Biélorussie. Durant cette campagne de qualifications, la Croatie avait aussi fait parler sa puissance offensive avec 31 buts inscrits. Là encore, seules deux nations avaient présenté un meilleur bilan: l’Allemagne (33) et le Portugal (33). Des joueurs comme Josip Brekalo et Marin Jakolis en avaient profité pour prendre la lumière. S’ils n’ont pas brillé contre la Roumanie, les Bleuets ont tout de même intérêt à se méfier de ces deux éléments. Déjà sélectionné chez les A, le premier est capable de mettre le feu dans le couloir gauche ou droit de l’attaque croate.

Apparu à 23 reprises cette saison en Bundesliga avec Wolfsburg, il a inscrit trois buts. Attaquant axial, Jakolis est lui en train de se faire un nom dans le championnat autrichien sous le maillot de l’Admira Wacker. Ce qui n’a sans doute pas échappé à Ripoll, qui a mis en garde ses joueurs en conférence de presse: "C’est une équipe qui a énormément de qualités sur le plan offensif avec des joueurs très techniques, très dynamiques, très vifs, dont il va falloir se méfier. Cette équipe croate a beaucoup d’arguments." La Croatie compte également dans ses rangs des noms qui parlent sans doute un peu plus aux amateurs de foot, à commencer par Alen Halilovic. Considéré comme un grand espoir du football mondial depuis son plus jeune âge, le natif de Dubrovnik est le stratège de sa sélection.

La France accrochée par la Croatie en amical

C'est lui qui est chargé de dicter le jeu et de distribuer des caviars à ses attaquants. Passé notamment par le Barça, le milieu offensif de poche (1m69) appartient à l’AC Milan, qui l’a prêté en janvier dernier au Standard de Liège pour une durée de dix-huit mois. Nikola Vlasic est un autre cadre de cette sélection croate. Prêté au CSKA Moscou par Everton, l’ailier s’est définitivement engagé avec le club russe il y a deux jours après une saison aboutie qui l’a vu inscrire cinq buts et distiller cinq passes décisives en championnat. Il a marqué le seul but de la Croatie contre la Roumanie sur une puissante frappe lointaine.

Les supporters des Girondins auront également noté la présence de Toma Basic au sein de cette équipe. Devenu titulaire en fin de saison dans l’entrejeu bordelais, il doit pour l’instant se contenter d’un rôle de remplaçant en sélection. La contre-performance de ses coéquipiers pour leurs débuts à l’Euro lui offrira peut-être l’occasion de se montrer face aux Bleuets, qui avaient été tenus en échec par cette équipe croate le 15 novembre dernier en amical (2-2).

Dominatrice en début de match, l’équipe de France avait ensuite laissé beaucoup d’espaces à son adversaire. Halilovic, d’une reprise du plat du pied au premier poteau, et Filip Uremovic, de la tête, en avaient profité pour faire trembler les filets de Gautier Larsonneur, qui laissera sa place ce soir à Paul Bernardoni. Au même titre que Lucas Tousart et Marcus Thuram, le portier bordelais croisera des joueurs qu’il avait pu affronter dès 2016 lors de l’Euro U19. Retenus pour l’Euro Espoirs, Brekalo, Luka Ivanusec, Marijan Cabraja et Nikola Moro faisaient partie de l'équipe croate battue lors de la phase de groupes par l'équipe de France (2-0), future championne d’Europe. Les Bleuets signeraient pour le même résultat ce soir.

Rodolphe Ryo