RMC Sport

Euro U17 : les cinq mini-Bleus qu’il faut suivre

L'équipe de France U17

L'équipe de France U17 - AFP

L’équipe de France U17 disputera ce samedi face à l’Italie (18h) les quarts de finale de l’Euro. A cette occasion, RMC Sport vous propose de découvrir cinq mini-Bleus qui n’ont sans doute pas fini de faire parler d’eux.

Luca Zidane : un peu plus qu’un nom

Quoi qu’il fasse, l’évocation de son père sera éternelle. Avoir un papa champion du monde, d’Europe et Ballon d’Or n’apporte sans doute pas que des avantages. Surtout lorsque l’on choisit aussi de se lancer dans le foot. Mais pour le moment, Luca Zidane semble s’en accommoder. Cadet d’Enzo, qui évolue dans l’équipe C du Real Madrid, il s’est différencié de son père en optant pour le poste de gardien. Et celui qui porte aussi le maillot merengue en club le fait plutôt très bien, puisqu’il n’a pas encore concédé le moindre but dans cet Euro. « Il travaille bien et il a les qualités pour faire quelque chose, déclare son père. Ce que j'aime chez lui, c'est qu'il a la niaque, l'envie. Il s'entraîne beaucoup pour progresser, il écoute. Il a tout pour réussir. »

Jeff Reine Adelaïde : un destin à la Varane ?

Le poste est différent, mais la trajectoire pourrait être la même. Comme Raphaël Varane, Jeff Reine Adelaïde est un pur produit du centre de formation lensois, qu’il fréquente depuis 2010. Et comme l’actuel défenseur des Bleus, il est très précoce. A tout juste 17 ans, le milieu de terrain a déjà intégré le groupe Sang et Or cette saison, sans toutefois entrer en jeu. Et comme Varane, il pourrait quitter Lens alors que le club va descendre en L2. La Juventus Turin, l’Inter Milan, Arsenal et même le Real Madrid le surveilleraient de près.

Bilal Boutobba : le chouchou de Bielsa

Qui a dit que le centre de formation de l’OM ne produisait plus de grands talents ? Bilal Boutobba est la preuve du contraire. En entrant en jeu lors du match entre Monaco et Marseille lors de la 18e journée de L1, le milieu offensif est devenu le plus jeune joueur à disputer une rencontre officielle avec l’OM, à 16 ans, 3 mois et 15 jours. Il faut dire que Marcelo Bielsa est assez vite tombé sous le charme du petit gaucher. « C'est un joueur qui a des capacités pour déséquilibrer l'adversaire par des actions individuelles », avait notamment mis en avant l’Argentin au moment d’expliquer son choix de le lancer en Principauté. Son but et ses trois passes décisives dans cet Euro sont là pour le prouver.

Maxime Pelican : le Barça dans le cœur

C’est la « pépite » que les supporters du TFC attendent de voir bientôt avec l’équipe pro. Il faut dire que Maxime Pélican ne fait rien pour ne pas attirer l’attention, en enchaînant les buts dans toutes les catégories de jeunes (meilleur réalisateur du championnat de France U17, avec 24 buts). Mais ce n’est pas pour cela que l’attaquant toulousain a eu les honneurs d’un article dans le quotidien catalan Sport. Plutôt parce que le natif de Perpignan est un grand fan du Barça, dont il est même socio depuis son enfance. Alors, à chaque fois qu’il le peut, il se rend dans les tribunes du Camp Nou avec son oncle pour assister aux exploits de Lionel Messi. Et n’hésite pas à encourager son équipe en catalan, une langue qu’il parle couramment.

Odsonne Edouard : l’arme fatale

Avec quatre éléments, le PSG est le club le plus représenté au sein du groupe tricolore qui dispute cet Euro. Et pour le moment, le Parisien le plus en vue est Odsonne Edouard. L’attaquant, qui a fait ses gammes à l’Académie de football de Bobigny avant d’arriver au PSG en 2011, a déjà marqué deux buts depuis le début de la compétition. Pas mal quand on sait qu’il n’a joué que deux rencontres sur trois, face à l’Ecosse (5-0) et la Russie (1-0). Et encore mieux quand on remarque qu’il a trouvé deux fois le chemin des filets en... trois frappes ! Des stats « zlatanesques ».

Alexandre Alain Rédacteur