RMC Sport

France-Allemagne : Ribéry en version originale

Franck Ribéry tout sourire en conférence de presse ce mardi

Franck Ribéry tout sourire en conférence de presse ce mardi - -

Avec la réception de l’Allemagne ce mercredi au Stade de France (21h), Franck Ribéry, joueur du Bayern Munich depuis six ans, a dévoilé comme jamais sa vie allemande qu’il adore au point de parfaitement manier la langue de Goethe.

C’est une scène rare et précieuse. Franck Ribéry s’est exprimé en allemand pendant cinq minutes ce mardi lors de la conférence de presse d’avant-match. Une habitude pour les journalistes allemands, une découverte pour les Français. Et un signe, s’il en fallait un de plus, que l’ancien Marseillais est chez lui de l’autre côté du Rhin. C’est donc dans la langue de Goethe qu’il a réitéré, à deux confrères allemands, son bonheur retrouvé en équipe de France et son excellente entente avec Didier Deschamps. Ce match amical face à son pays d’adoption ce mercredi soir au stade de France (21h), c’est un peu le sien.

Un an après avoir participé à la victoire des Bleus à Brême (2-1), Ribéry accueille cette fois la NationalMannschaft dans la peau du maître de cérémonie. « Je me débrouille en allemand, et j’aime bien, nous confiait « Kaiser Franck » la semaine dernière dans une interview exclusive accordée dans Luis Attaque. C’est devenu naturel. Quand je suis arrivé, il y avait Luca Toni et le kiné, un Italien, on était trois à prendre des cours, mais ce n’était pas des cours, c’était un bordel ! Ça a duré deux mois. Quatre ans plus tard Luca, il ne savait pas dire un mot ! » Ribéry, lui, maitrise. Et attend ce choc avec une certaine impatience. « Je joue pour la France, je joue pour ce maillot bleu, nous rappelait-il encore. Je vais avoir le petit Lahm sur le côté, mais il va « goûter » ! On est à la maison, on va se faire respecter. »

« L’arrivée de Deschamps m’a donné de la confiance »

Des propos que « Ch’ti Franck », qui réalise peut-être la meilleure saison de sa carrière, ne lance pas à la légère. Longtemps conspué par le public français après l’épisode de Knysna en 2010, il reconnait avoir retrouvé de la sérénité au Stade de France. « Face aux Etats-Unis (1-0, novembre 2011), c’était un peu dur et forcé. J’étais crispé, confie-t-il. Mais aujourd’hui, je ne pense qu’au foot. L’arrivée du coach (Didier Deschamps) m’a donné de la confiance. C’est comme au Bayern. J’ai créé une bonne relation avec Jupp Heynckes et pour lui, je donnerai le maximum. Pour Deschamps, je ferai aussi en sorte que ça se passe bien. »

Il vaut mieux car face à son « deuxième » pays, il sera la principale attraction. Dans le public mais aussi sur le terrain où il croisera la route de plusieurs de ses partenaires au Bayern Munich où il évolue depuis près de six ans. Du résultat final dépendra un retour plus au moins chaleureux dans son club. « On ne s’est rien promis mais je suis tout seul, ils sont sept ! Vous voyez le truc ? On s’est un peu taquiné surtout avec Lahm et Müller, reconnait-il. Ils m’avaient déjà un peu attaqué à l’entraînement durant la semaine. Mais ça reste positif. J’espère qu’on va gagner comme ça je pourrais rentrer tranquillement là-bas ! » Pour continuer de chambrer… en allemand.

Le titre de l'encadré ici

L’Allemagne le redoute|||

Comme le dit si bien Willy Sagnol, « la plupart des Français qui ont joué en Allemagne ont réussi ». Franck Ribéry en est la parfaite illustration. L’ancien Marseillais est peut-être même le Français le plus populaire outre-Rhin. Il sera en tout cas particulièrement surveillé mercredi soir. « Ribéry est dangereux pour n’importe quelle équipe. Que ce soit par sa vitesse, sa faculté dans les un contre un, il faut trouver la parade quand il passe d’un côté à l’autre du terrain, se méfie Joachim Löw, le sélectionneur allemand. Il est aussi capable de marquer des buts. C’est un joueur de classe mondiale. Toutes les équipes doivent se méfier de lui. » Pour Philippe Lahm, arrière droit de la Mannschaft, la rencontre sera encore plus spéciale puisqu’il sera l’adversaire du Kaiser Franck qui est aussi son partenaire au Bayern Munich. « On va sans doute se retrouver l’un en face de l’autre. On se connaît maintenant depuis de longues années. C’est un joueur sensationnel, assure-t-il. L’un des meilleurs en Europe et aussi dans le monde. Ce sera une tâche ardue de l’arrêter. Mais je me réjouis de le défier et je suis sûr que lui aussi. Ce sera un duel intéressant. »

dossier :

Franck Ribéry

Nicolas Couet avec Jean Rességuié