RMC Sport

France-Biélorussie : Ribéry enfin décisif

Franck Ribéry

Franck Ribéry - -

Franck Ribéry a été décisif à deux reprises ce mardi soir face à la Biélorussie, avec une passe et un but. L’ailier français, qui n’a pas tout réussi, a réalisé une prestation intéressante et répondu aux attentes.

C’était un 1er avril 2009, contre la Lituanie (1-0). Alors dire qu’il allait falloir attendre trois ans et demi pour le voir marquer à nouveau en match officiel aurait pu être un joli poisson. C’est pourtant bien le temps qu’il a fallu patienter entre deux buts de Franck Ribéry (29 ans) dans des matchs à enjeux. Si le Munichois avait fait trembler les filets au printemps, lors des matchs de préparation de l’Euro, il était muet depuis 2009 en match officiel. Une longue disette à laquelle il a mis fin ce mardi en inscrivant le troisième et dernier but (80e) des Bleus face à la Biélorussie (3-1). Une demi-heure plus tôt, il avait déjà été décisif en offrant l’ouverture du score à Etienne Capoue après avoir rapidement joué une touche, puis suivi une tentative avortée de Christophe Jallet.

Pourtant, en première période, un très bon centre pour Olivier Giroud et une fulgurance sur un contrôle orienté n’avaient pas suffi à faire oublier sa multiplication des touches de balle et ses mauvais choix. Quand Olivier Giroud, en pointe, et les trois milieux de terrain des Bleus cherchaient à jouer vite, Franck Ribéry donnait le sentiment de ne pas être assez incisif. Il n’a pas paru être dans le bon tempo à plusieurs reprises, sur des coups que les Bleus auraient pu mieux négocier. Et surtout, il n’était pas assez proche du but. Sa position sur le terrain, c’était d’ailleurs tout l’enjeu du débat à son sujet depuis la victoire en Finlande en vendredi soir (1-0). Décevant à Helsinki, il devait évoluer plus haut contre la Biélorussie. Didier Deschamps le lui avait demandé, devant la presse.

Larqué : « Il a été l’un des meilleurs »

Et peut-être lui avait-il encore glissé à l’oreille lundi au Stade de France, lors de l’opposition de veille de match. Finalement, c’est au cours d’une deuxième période plus compliquée pour les Bleus que Franck Ribéry s’est retrouvé dans la surface, où ces accélérations sont plus dangereuses qu’à 40 ou 50 mètres du but. Passeur, buteur pour la 11e fois de sa carrière en équipe de France, il a amélioré son bilan récent avec l’équipe de France. « Je le trouve concerné, batailleur, depuis plusieurs mois », estime Rolland Courbis. « Il n’est jamais fait trop de cadeaux à Franck Ribéry, reconnait pour sa part Jean-Michel Larqué. J’avais dit, et je n’avais pas été le seul, qu’il avait été satisfaisant dans les matchs de préparation de l’Euro et à l’Euro. Il a confirmé. Il y a encore du déchet et sans doute du travail pour qu’il soit à son meilleur niveau physique. Mais il a été l’un des meilleurs. Il a apporté une plus-value à cette équipe. » Un impact qui lui a été tellement demandé depuis le 1er avril 2009…

dossier :

Franck Ribéry

LP