RMC Sport

France-Irlande 2009: Escudé raconte avoir vu la main d'Henry... depuis l'hôpital

Invité ce vendredi de l'émission Rothen Régale sur RMC, Julien Escudé a raconté comment il avait vécu le fameux match de barrage entre l'équipe de France et l'Irlande en 2009. Titulaire en défense centrale, il avait dû céder sa place sur blessure après moins de dix minutes de jeu et vivre la fin de la rencontre depuis un hôpital.

C'est un match qu'il ne pourra évidemment jamais oublier. Le 18 novembre 2009, Julien Escudé est titularisé par Raymond Domenech pour le match de barrage entre l'équipe de France et l'Irlande. Vainqueurs à l'aller à Dublin grâce à un but de Nicolas Anelka (1-0), les Bleus jouent leur qualification pour la Coupe du monde 2010 sur ce match retour au Stade de France. Eric Abidal forfait, c'est Escudé qui s'installe dans l'axe de la défense aux côtés de William Gallas. L'occasion pour celui qui évolue alors au FC Séville de marquer des points dans l'esprit de son sélectionneur.

"Mais monsieur, vous étiez dans la télé tout à l'heure, non?"

Mais après seulement neuf minutes de jeu, une blessure au nez après un choc avec Patrice Evra l'oblige à céder sa place et à être transporté à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. "On me fait monter dans une chambre pour voir le match, je sais qu'on est en prolongation. Mais il faut une carte pour allumer la télé... J'entends le match dans la chambre à côté. On rentre pour regarder les dix dernières minutes, c'est là que je vois la main de Thierry Henry. Le patient dans la chambre, lui, ne comprend absolument pas. Il me dit: "Mais monsieur, vous étiez dans la télé tout à l'heure, non?". C'est surréaliste pour lui! Je lui dis que c'était bien moi tout à l'heure sur le terrain et que j'ai besoin de voir la fin du match", s'est souvenu Escudé ce vendredi dans l'émission Rothen Régale sur RMC.

C'est donc depuis une chambre d'hôpital qu'il a assisté à la qualification des Bleus pour le Mondial et au début de polémique provoqué par la main d'Henry qui amène l'égalisation de William Galles (1-1) à la 103e. "Je me dis qu'il va y avoir des conséquences, que ça ne peut pas s'arrêter là vu l'importance de notre but. On sait que quelque chose de gros vient de se passer et qu'il y aura des débats dès le soir-même", a-t-il raconté. Il n'avait finalement pas disputé le Mondial en Afrique du Sud, Domenech ayant notamment préféré retenir Marc Planus parmi les défenseurs centraux.

>> Les podcasts de l'émission Rothen Régale

RR