RMC Sport

France-Moldavie: Giroud indispensable, Lenglet piégé… les notes des Bleus

Les Bleus, déjà qualifiés, ont balbutié leur football contre une surprenante équipe de Moldavie (2-1) ce jeudi, dans le cadre des éliminatoires de l’Euro 2020. Incapables de forcer le verrou défensif adverse, Antoine Griezmann et Kylian Mbappé n’ont pas été à leur avantage. Heureusement, l’équipe de France peut toujours compter sur son buteur maison: Olivier Giroud.

Mandanda: 5

Sans être responsable du but gag encaissé par les Bleus, le gardien de l’OM n’est pas très heureux sur sa sortie. Du reste, il n’a jamais été inquiété. Il est pourtant allé chercher le ballon au fond de ses filets. C’est cruel.

Pavard: 5,5

Une demi-volée un peu trop croisée qu’il prend comme il faut après un petit jonglage pour lui-même, juste après l’ouverture du score (10e).. Il a été plus performant que son pendant à gauche, avec beaucoup de percussions sur le côté droit. Il n’a pas toujours connu la réussite escomptée mais il a beaucoup essayé.

>> Le film de la victoire des Bleus contre la Moldavie

Varane (cap.): 6,5

Très concerné par le fait d’accélérer le jeu de son équipe, qu’il a toujours voulu dans l’avancée, il a fait valoir ses qualités d’anticipation pour tuer dans l’oeuf les quelques transitions rapides de l’adversaire. Il marque le but de l’égalisation avec, certes, un peu de réussite. Mais il était là au bon endroit, au bon moment. Solide par ailleurs.

Lenglet: 3,5

Son match ne peut se résumer à cette horrible intervention, symbole de la suffisance française dans ce match. Malheureusement pour lui, elle a provoqué l’ouverture du score inattendue de la Moldavie, alors que l’équipe de France ne souffrait absolument pas. Livré à lui-même, il a joué un peu trop facile de la tête par deux fois pour remiser vers Mandanda. Très attentif, Rata a récupéré le ballon pour battre Mandanda qui s’était avancé à leur rencontre.

Digne: 4,5

Le danger est souvent venu de son côté en début de match, beaucoup moins lorsque l’intensité a baissé d’un cran et que les Bleus ont privilégié l’axe du terrain. Les centres du latéral gauche manquent terriblement de précision. Le redressement des Bleus en seconde période ne lui a pas franchement profité. Ses partenaires avaient déserté le côté gauche.

Kanté: 5

Un premier ballon perdu, tout de suite récupéré dans les pieds moldaves, donnait le ton de son match sur le plan défensif. Le milieu de terrain a longtemps été le seul à se soucier de la récupération haute du ballon. Il a embêté les joueurs moldaves partout où il est passé. Un vrai poil à gratter. Il a revanche été beaucoup plus en difficulté dans l'utilisation du ballon.

Tolisso: 5

Son association inédite avec NGolo Kanté n’a pas franchement fonctionné. Le milieu de terrain du Bayern de Munich a préféré jouer simple pour faciliter la circulation du ballon, sans toutefois parvenir à déséquilibrer le bloc adverse. Car il a manqué de vitesse dans son jeu de passe et n’a pas toujours été bien inspiré dans le jeu long. Tolisso s’est parfois trouvé responsable de l’animation du jeu malgré lui. Du mieux après la pause.

Mbappé: 4

L’attaquant du Paris Saint-Germain a souvent décroché en début de match pour compenser un déficit dans l’animation du jeu. Mbappé a voulu montrer qu’il avait faim, ce que sa gestuelle n’a jamais démenti. Mais l’international n’a pas toujours été très heureux dans ses choix, comme cette frappe dans un angle très fermé, après une bonne combinaison alors qu’il avait tout le loisir de centrer. Un jeu trop stéréotypé que les défenseurs n’ont eu aucun mal à anticiper. Très actif mais si peu efficace.

Griezmann: 4,5

Titularisé en soutien de l’attaquant dans un 4-2-3-1, sa position préférentielle avec les Bleus, Griezmann s’est enferré dans ses choix de passes douteux. A trop vouloir provoquer dans l’axe, l’attaquant du Barça s’est heurté à la défense moldave qui avait choisi de se concentrer dans cette zone du terrain. Trop facile par séquences alors qu’il aurait dû montrer la voie dès le coup d’envoi, Griezmann n’a pas toujours répondu aux consignes de son coach, qui ne s’est pas gêné pour le lui faire remarquer.

Coman: 5

Le plus tranchant offensivement en début de match, quand il pouvait s’appuyer sur ses partenaires à gauche pour des redoublements, l’ailier du Bayern Munich a été, comme ses partenaires, gagné par la fébrilité. On l’a revu à l’oeuvre au retour des vestiaires, même s’il a mal exploité un très bon ballon de récupération avec une passe mal assurée à destination de Giroud (52e).

Giroud: 7,5

Courageux au duel, irréprochable dans l’attitude, là où d’autres ont clairement failli, Olivier Giroud a provoqué l’égalisation de Raphaël Varane en allant au contact du gardien adverse. Pénible à gérer pour les défenseurs adverses, c’est encore lui qui fait preuve de clairvoyance pour donner en retrait à Mbappé (56e) ou placer une reprise en déséquilibre (61e). Il offre la victoire aux Bleus (79e) en inscrivant son 39e but en carrière sur penalty et n'est pas loin du doublé en fin de match (88e).

QM